Liège La ville de Seraing sollicite un changement d’affectation au plan de secteur

Une étape importante a été franchie au conseil communal de Seraing en vue de la mise en œuvre d’un projet que l’on évoque depuis des années et qui est intégré dans le Master plan de la vallée sérésienne… Un projet qui donnerait incontestablement un autre visage à l’entrée de Jemeppe par le quai (en venant de Flémalle) !

De fait, la darse de Jemeppe affiche une bien triste mine. Y développer un port de plaisance donnerait une certaine attractivité au centre de Jemeppe mais pourrait aussi être une opportunité au vu de l’offre existante arrivant à saturation en région liégeoise. Belle opportunité aussi dans la perspective du développement du tourisme fluvial…

Mais avant toute chose, il convient de procéder à la modification de l’affectation urbanistique des lieux au plan de secteur sachant que la darse n’est plus utilisée dans le cadre d’une activité industrielle. Étape essentielle pour pouvoir concrétiser ce projet de port de plaisance !

"Il s’agit d’une longue procédure qui demandera environ deux ans, bien que le Code du développement territorial a été simplifié, pour pouvoir donner vie à ce site. Il est évident que beaucoup de questions se posent mais on n’en est pas encore au stade de dire quels types de commerces et d’habitat pourraient s’y implanter", a précisé Déborah Géradon, échevine du Développement territorial et commercial de la ville de Seraing.

En effet, au-delà du port de plaisance et de divers services qui seraient mis à la disposition des bateliers, le projet tel qu’il a été imaginé dans le Master plan prévoit également un développement immobilier qui comprendrait logements et commerces. Selon les premières estimations, une septantaine d’emplacements pour bateaux pourrait y être aménagée.

Lundi soir au conseil communal, tout le monde s’entendait pour dire qu’on ne peut laisser le site en l’état… "Du commerce en lien avec l’existant, des petits bateaux et une liaison piétonne entre Jemeppe et le centre de Seraing sont des axes intéressants. Reste à voir pour le financement", a souligné Fabian Culot, chef de groupe MR.