Bien souvent, le public précarisé est celui qui est aussi le plus éloigné d’une consommation saine, biologique et équilibrée"… Comme le fait remarquer ici Jean-Paul Bonjean, président du CPAS de Liège, ce n’est donc pas un hasard si cette nouveauté dans le paysage wallon, la MadiL - la Maison de l’alimentation durable et inclusive de Liège - a été inaugurée (ce vendredi) à la Ferme de la Vache en Pierreuse, une ferme urbaine, accrochée aux flancs des coteaux liégeois, disposant de vastes potagers et de vergers.

Ici, le CPAS de Liège propose en effet à ses bénéficiaires des ateliers collectifs basés sur le jardinage. Désormais, c’est donc aussi le point de rassemblement de cette maison qui a le soutien de la Ville mais aussi de la Région. La MadiL est en effet un des principaux lauréats de cet appel lancé par la Région wallonne qui a débloqué 11,7 millions d’euros pour 46 projets du genre. Mais à Liège, où la Ceinture Aliment-Terre liégeoise a déjà pris racine, la MadiL ambitionne de devenir une véritable référence.

Écoles, adultes et public précarisé

Concrètement, une petite équipe placée sous la coordination d’Émilie Farcy, sera chargée de l’animation de la Maison de l’alimentation durable. Comme le nom le laisse penser, l’objectif poursuivi est une conscientisation des bienfaits d’une alimentation locale et durable. "Ainsi, les animations qui seront proposées ici sont autant des ateliers découvertes que des tables d’hôtes, des formations ou des animations dont l’objectif est de sensibiliser à une alimentation équilibrée", explique Véronique Biquet, responsable du projet alimentation saine et durable pour tous à la Ville de Liège. "Trois publics sont visés par les activités, le public scolaire, le public adulte et le public précarisé". Le travail réalisé à la Ferme de la Vache est un exemple de partenariat pertinent pour la MadiL dont la vocation est tant sociale que "sanitaire".

Pour fonctionner, la MadiL a reçu un budget de 300 000 euros pour une période de trois ans. Déjà, des partenariats sont annoncés avec la Ceinture Aliment-Terre bien sûr mais aussi avec le CPAS, Intradel, l’ensemble du réseau scolaire liégeois et d’autres associations actives dans le domaine.