Situé au cœur d’un quartier en pleine mutation incluant la nouvelle gare de Herstal, un important projet immobilier et une nouvelle place, le bâtiment en mauvais état de Marexhe-Gare est en cours de transformation pour devenir un espace dédié aux associations actives dans le domaine socio-économique.

Propriété de la SNCB, celle-ci a concédé un droit d’emphytéose de 50 ans à la régie communale autonome immobilière de Herstal Urbeo, qui pilote ce projet de rénovation, conçu par le bureau d’architecture Pierre Maes.

Rappelons qu’Urbeo, le bras armé immobilier de la Ville de Herstal, est à la manœuvre depuis plus de dix ans dans ce vaste chantier de rénovation urbaine destiné à redynamiser la ville et la rendre à nouveau attractive suite au déclin industriel.

Alors que les travaux de rénovation avaient démarré en février dernier, ils avaient dû être interrompus en raison de la crise sanitaire. Le chantier a repris partiellement en mai et plus sérieusement depuis septembre. "Le chantier suit son cours", nous indique la Ville de Herstal. "Le gros œuvre devrait être fermé pour le 18 décembre, avec l’installation du toit, des châssis, des colonnes…" Les travaux reprendront le 4 janvier par les travaux de parachèvement : cloisons, éclairage, électricité…

Entre ancien et moderne

Le projet de rénovation prévoit de conserver la structure extérieure de l’ancienne gare et de moderniser entièrement son intérieur. L’espace total de 800 m2 sera divisé en deux plateaux de 400 m2, qui accueilleront chacun des pièces de 40 à 60 m2, divisées par des cloisons, pour des bureaux, locaux de formations, conférences ou ateliers. À cela s’ajoutent des espaces communs : cuisine, sanitaires… Urbeo souhaite en faire un espace basse énergie modulable selon les besoins, et qui pourra s’adapter aux modifications d’activités qui interviendraient au fil du temps.

Si le dernier agenda fixé en septembre programme la fin des travaux pour mars, cette seconde vague de l’épidémie de coronavirus pourrait encore retarder ceux-ci à avril voire mai 2021.

Ce projet de réhabilitation urbaine représente un budget total d’1,7 million d’euros, cofinancé à 90 % par les fonds européens Feder et 10 % par la Ville et Urbeo.