Ils sont des centaines aujourd’hui logés à la même enseigne… et face à ce drame sans précédent, la solidarité s’est imposée pour tous les habitants de La Brouck. Dans ce village isolé du reste de la commune, accessible par deux uniques ponts, tout le monde se connaît… personne n’est donc abandonné.

"Nous sommes dans un village où il y a une importante communauté italienne et espagnole", explique Thierry, "tout le monde s’entraide et cela fait du bien. Ici, tout le monde aide tout le monde." Une nécessité aujourd’hui, vu le drame vécu par les habitants.

Thierry nous accompagne dans sa maison, où règne une forte odeur de mazout. La zone est devenue instable et dangereuse et, dans la pièce principale de l’habitation, on distingue nettement le niveau atteint par l’eau, près de 2,5 mètres. Les tableaux ont perdu leur coloration à cet endroit…

"Moi je n’étais pas présent mais bien ma fille, Noémie. C’est terrible, j’étais bloqué sur l’autoroute alors je suis venu par le bois et je parlais avec elle qui se trouvait sur le toit." Depuis le chemin de fer situé en surplomb des habitations, Thierry s’assurait que Noémie n’avait rien. Cette dernière nous raconte comme l’eau est montée à une vitesse incroyable. "J’ai juste eu le temps de voir l’eau dans la cave, je suis sortie et l’eau arrivait de tous les côtés, devant, derrière… je n’ai pas eu d’autre choix que de monter à l’étage, pour sauver les chiens notamment." Ici, tout est dévasté.

Des bénévoles partout

Dans les rues de La Brouck, les bénévoles sont aussi nombreux. Ils distribuent de l’eau, des seaux, des sandwichs… "Je suis de Saint-Nicolas mais quand je vois le drame que vivent ces personnes, je ne pouvais pas rester les bras croisés", nous confie Stéphanie, "nous avons rassemblé tout ce qu’on pouvait et on vient apporter un peu de réconfort"… plus que bienvenu !