Ce mardi soir, c’était la première fois dans l’histoire politique verviétoise, pourtant chahutée, que le conseil communal était appelé à voter une unique motion de méfiance individuelle pour destituer un échevin (celle contre Hasan Aydin avait été abandonnée après le retrait de leur signature par plusieurs signataires PS).

Cette fois, la motion contre l’échevin Freddy Breuwer (MR) a été "plaidée" et finalement votée, par 22 voix sur les 37 membres du conseil (il en fallait 19) et sur les 28 de la majorité.

La destitution a été votée par le PS, le MR (sauf Freddy Breuwer et Julie Schrouben, qui était déconnectée de la vidéoconférence), le cdH et le Nouveau Verviers, alors que les ex-PS se sont abstenus (Targnion, Loffet et Maréchal).

Une longue plaidoirie sur base de faits

Mais avant la mise au vote, le doyen du conseil communal (il y siège depuis 33 ans, dont 16,5 ans comme échevin, au gré de différents passages) s’est défendu bec et ongles contre ce qu’il appelle "un acte d’accusation".

Avec un plaidoyer d’ordre général, invoquant notamment le droit à la parole et à l’information du citoyen. "Que me reprochez-vous? Qu’ai-je dit? Qu’ai-je fait? Prenons les dernières expressions médiatiques? Que dis-je qui heurte l’intérêt général?, a demandé Freddy Breuwer. Pour un délit d’opinion ou de faciès? Parce que la direction du MR, loin de Verviers (NDLR: Philippe Boury, Pierre-Yves Jeholet aussi?), en a décidé ainsi. Devez-vous réaliser leurs desseins électoraux? J’ai quelque peine à l’imaginer."

Mais aussi et surtout avec des "preuves" censées invalider et contredire les faits objectifs qui lui sont reprochés dans cet "acte d’accusation". Une plaidoirie détaillée (dont les principaux extraits figurent ci-dessous), argumentée et s’appuyant sur des "pièces justificatives" qu’il avait compilées dans un document de 115 pages, des pièces administratives de la Ville et même des délibérations du collège communal. Un dossier qu’il avait pris soin d’envoyer par courriel aux membres du conseil communal, le midi-même, afin que chacun puisse voter "en connaissance de cause et en âme et conscience, sans pression extérieure".

En conclusion et des trémolos dans la voix, il a conclu que "l’accusation ne peut pas résister à l’analyse".

«Rupture de confiance»

Mais pour le leader MR, Maxime Degey, "cela ne change rien", "la question est éminemment politique" avec une "rupture de confiance".

L’opposition ne s’associe pas à la manœuvre

L’opposition n’a pas voulu participer à cette "mise à mort" (dixit Bruno Berrendorf, pour le PP) et voté contre (PP) ou s’est abstenue (Écolo, PTB), se demandant si c’était la priorité pour Verviers de "zigouiller un échevin" (Laszlo Schonbrodt, PTB) ou, s’il faut, pour Jean-Sébastien Mahu (Écolo) y "voir un lien avec le projet City Mall" alors que "la politique d’urbanisme (NDLR: qui n’agrée guère Écolo et PTB) n’est pas celle de Freddy mais celle du collège" qui vote les permis.

Ses réponses étayées à "l’acte d’accusation"

Voici les principaux extraits de la défense de Frddy Breuwer, sur base d’éléments factuels et étayés par des documents officiels.

Dossiers passés en force?

Depuis le début de la mandature, il a compté le passage en collège de "28 dossiers portant sur des projets d’urbanisation majeurs, le plus souvent en périphérie", avec octroi d’un permis pour plus de la moitié d’entre eux, "avec avis unanime" et des délais légaux à respecter. Sur un total de 631 points inscrits en urgence au collège durant l’année précédant les inondations, il y en a eu 48 de sa compétence, avec validation de la directrice générale de la Ville.

Le permis d’urbanisme cité dans la motion (rue Frantz Poussard, à Petit-Rechain): "Les rédacteurs (NDLR: de la motion) ne pouvaient pas choisir meilleure illustration pour démontrer ma bonne foi et mon honnêteté.". En résumé et à l’appui des documents officiels, "après enquête publique", le "dossier est passé au collège, le 9 septembre 2021, pour un premier avis favorable, à l’unanimité". Avec prolongation de délai jusqu’au 30 novembre, que "personne au sein du collège n’a saisi pour m’interpeller sur le dossier". Le permis a été accordé, le 25 novembre, suite à des modifications répondant aux observations de la fonctionnaire déléguée et de la CCATM et après information, le 23, de l’échevin de l’Environnement (Jean-François Chefneux, qui s’abstiendra en collège) et vote positif de deux échevins signataires de la motion.

Consultation populaire City Mall?

La décision du collège, en mars, de résilier la convention de superficie (vente de l’espace public) a été suspendue par manque d’accord au sein de la nouvelle majorité. "Par conséquent, me reprocher de m’exprimer sur un dossier relevant de mes compétences en l’absence d’une position concertée et commune à tous les membres du Collège, me semble assez malvenu." Et l’échevin Chefneux, au conseil de ce lundi, "confirmait bien qu’il réfléchissait aux modalités de consultation à adopter dans le cas d’espèce de City Mall, que la population serait consultée dans le dossier de revitalisation urbaine de Spintay". Commentaire: "En 33 ans de vie politique, j’ai appris que très souvent une bonne idée est combattue par celui ou celle qui la trouve bonne mais regrette tout simplement de ne pas en être l’auteur."

Pas de décision pour le Jonckeu?

C’est probablement la goutte qui a fait déborder le vase au MR d’arrondissement, dont le président Philippe Boury est aussi le président du CHR, qui envisage de construire un nouvel hôpital au Jonckeu: Freddy Breuwer a parlé sur Vedia d’en faire une zone d’activité économique mixte. Un cavalier seul, alors qu’aucune décision n’aurait été prise? " Édifiant quant à l’ignorance des décisions collégiales dans ce dossier", rétorque Freddy Breuwer, qui rappelle (documents officiels à l’appui) que le projet de zone économique est inscrit au schéma de structure communal "depuis 10 ans", que "jamais il n’a été remis en cause ou abandonné". Il a même été "activé avec l’aval du collège, en date du 18 mars 2021, à l’unanimité moins 2 abstentions" et suite à "une décision prise par celui-ci le 27 janvier 2015 (NDLR: Breuwer n’était alors pas en charge du dossier mais le cdH Benoît Pitance) de prendre les contacts pour une modification du plan de secteur". En plus, l’étude du passage en zone économique… est inscrite dans le budget communal 2022 appelé à être voté de mardi-même. "L’accusation ne peut pas résister à l’analyse de ces exemples."