L’évacuation des déchets issus des inondations du mois de juillet et entreposés, partiellement et dans l’urgence, sur le site Wérihet à Wandre, sur la commune de Liège, commence ce lundi 27 septembre, sous la supervision de la Spaque. L’opération a été confiée à la société momentanée Aertssen-Bruco-Maes pour un montant de 6 685 691,65 euros TVAC, à la suite d’un marché public.

Le chantier fonctionnera du lundi au vendredi de 7h30 à 17h, le charroi empruntant la rue Wérihet pour rejoindre le réseau autoroutier vers des quais de chargement fluviaux ou des centres de traitement. 35 000 tonnes de déchets seront ainsi évacuées à la fois par camions (30 %) et par péniches (70 %) pour rejoindre les centres de tri avant d’être envoyées principalement vers des filières de valorisation, soit "matière", soit "énergétique". Aucune opération de tri ne sera opérée sur le site Wérihet, indique la Spaque au travers d’un communiqué.

"Durant toute la durée du chantier, des moyens seront pris afin de limiter l’impact de celui-ci sur le voisinage tels que des mesures afin d’éviter la propagation de poussières, de volatils et d’odeurs ainsi que contre la prolifération de rongeurs", précise la Spaque. Des analyses de la qualité de l’air ambiant et des poussières seront par ailleurs réalisées périodiquement.

Un plan d’intervention a également été élaboré avec le service régional d’incendie et des moyens de lutte contre les risques de départ d’incendie seront prévus en permanence sur le site.

Cette opération d’envergure sera terminée au plus tard le 31 octobre prochain. Le site sera ensuite remis en état avec un raclage du sol sous-jacent au dépôt de déchets et un contrôle de sa qualité.

Plus de 160 000 tonnes de déchets à évacuer

Deux autres centres de regroupement de déchets seront prochainement évacués, dont le plus connu, l’A601, et le site d’Engis.

L’évacuation du site Engis devrait débuter début octobre et être terminée en décembre. L’évacuation de l’A601 débutera également début octobre et devrait durer 9 mois. Ce délai permettra à la filière tri de continuer à absorber ses volumes habituels sans saturer. Le volume de déchets sur ce site de 10 km approche aujourd’hui les 100 000 tonnes. "Des déchets arrivent encore tous les jours", ajoute la Spaque.