Oleksander Onyshchenko a payé une transaction de 2,5 millions dans un dossier qui a vu l’audition, à Liège, de Martina Hingis.

Plus de 2,5 millions d’euros. C’est le montant de la transaction payée à la justice belge, il y a quelques jours, par Oleksander Onyshchenko, l’ancien président de la Fédération ukrainienne d’équitation.

Un dossier vieux de 8 ans qui aura vu le milliardaire être interpellé à Liège et sa girl friend de l’époque, Martina Hingis, être entendue au palais de justice de la Cité ardente. L’ancienne numéro 1 mondiale a dû s’y expliquer des relations qu’elle entretenait avec cet homme marié et le train de vie très élevé qu’il lui permettait de suivre.

Pour les médias, tout commence en 2007 à l’aéroport de Bierset. Oleksander Onyshchenko, un richissime Ukrainien ayant fait fortune dans le gaz, est interpellé avec 200.000 € en liquide dans ses valises…

Fou de chevaux, l’Ukrainien est propriétaire d’un splendide haras à Faimes, près de Waremme. Mais très vite, après cette acquisition, le milliardaire attire l’attention de la section financière de la police judiciaire fédérale de Liège.

Elle découvrira que son activité équestre est aussi une couverture pour faire du blanchiment d’argent. Le haras de Les Waleffes est d’ailleurs considéré comme l’un des maillons d’un vaste réseau de blanchiment.

Quelques jours après son interpellation à l’aéroport, la justice liégeoise le place sous mandat d’arrêt (il est libéré sous caution pour 250.000 €) et ajoute à son pedigree des inculpations pour blanchiment d’argent, faux et usage de faux, fraude fiscale et détournement d’objets saisis.

Le temps passe et l’épouse de l’Ukrainien est interpellée en Grèce. La dame, qui était sous le coup d’un mandat d’arrêt international, est ramenée au pays et incarcérée, puis libérée.

L’enquête, elle, suit son cours et, il y a quelques jours, a connu probablement son épilogue.

Sans doute désireux d’échapper à une éventuelle condamnation, Oleksander Onyshchenko a en effet payé une transaction à la justice belge. Et la note, pour le commun des mortels, est relativement salée.

En effet, le haras de Les Waleffes a été mis en vente et la somme de 1,88 million d’euros qu’il a rapportée a été saisie, les 250.000 euros de caution ont été gardés, et ce, sans compter plusieurs centaines de milliers d’euros, fruits de la vente d’actifs, dont des chevaux. Ajoutons que le milliardaire ukrainien a aussi payé une partie des frais exposés par les experts judiciaires.

Son épouse a également payé une transaction, mais bien moins élevée. Un temps inquiété, notre cavalier Grégory Wathelet qui à l’époque avait pris la nationalité ukrainienne pour pouvoir monter les chevaux d’Onyshchenko, a bénéficié d’un non-lieu.

© DR