Ce n’est pas tout à fait un hasard si Jean-Marc Namotte est devenu un "syndicaliste". Originaire de Herstal, l’actuel secrétaire fédéral de la CSC Liège-Verviers-Ostbelgien est né le 29 juin 1962. "Fils d’une enseignante et d’un permanent syndical de la FN, je suis tout naturellement devenu instituteur et puis permanent syndical", explique-t-il.

Mais, avant cela, Jean-Marc Namotte a suivi des études à l’École normale. Il n’était pas encore dans le monde du travail qu’il s’est affilié à la FIC (une branche enseignante de la CSC de l’époque). "C’est vrai, j’étais étudiant et convaincu de l’intérêt de faire partie d’une organisation professionnelle. D’ailleurs, déjà en humanités, j’avais à cœur de représenter mes condisciples ! C’est ainsi que je suis devenu délégué des élèves au sein des conseils de classe de mon établissement."

Peu de temps après avoir embrassé la carrière d’instituteur à l’école Sainte-Marie d’Ans, il est devenu délégué syndical. "Motivé par l’envie de faire entendre la voix de mes collègues, je me suis investi toujours plus dans le syndicalisme. Après avoir obtenu une licence en pédagogie, j’ai quitté mon poste d’instituteur pour devenir, dès 1993, gestionnaire de la formation continue des instituteurs pour le réseau libre francophone."

Pommes de terre

En 1995, la CSC-Enseignement le détache comme permanent sy ndical pour les instituteurs. "Un boulot qui ressemblait à un véritable apostolat ! Mais tellement enrichissant que j’y repense avec un réel plaisir. À ce moment, le syndicalisme enseignant était en pleine construction, passant de ‘cercle de qualités pédagogiques’ à des revendications et des services pour améliorer les conditions de travail", confie-t-il.

"Petit à petit, tout en restant attaché au travail auprès des enseignants, j’ai eu envie d’aller plus loin. J’ai pris goût au syndicalisme interprofessionnel. En juin 2001, je me suis présenté à la présidence de la Fédération de la CSC Liège-Huy-Waremme et j’ai été élu avec 98 % des voix. J’ai été réélu à ce poste le 16 juin 2005."

"Puis, suite logique pour moi, lorsque j’ai appris la vacance du secrétariat fédéral, j’ai déposé ma candidature et, depuis le 1er novembre 2010, j’exerce cette fonction avec enthousiasme et détermination."

Depuis la fusion des fédérations liégeoise et verviétoise, le 1er janvier 2019, il exerce cette fonction au sein de la nouvelle structure.

Et ne lui parlez pas (encore) de pension, le Herstalien est toujours tout aussi motivé. D’ailleurs, ce lundi, jour de grève nationale, il sera au four et au moulin. "Une marge salariale de 0,4 %, telle que proposée actuellement par le patronat dans le cadre de l’Accord interprofessionnel (AIP), est tout simplement inacceptable ! Pour un salaire normal, cela représente environ 8 € bruts par mois ! À la caisse d’un magasin, ce n’est même pas un sac de pommes de terre."

Jean-Marc Namotte, parlez-nous de votre…

Première cuite ? "C’était il y a longtemps, lors d’une guindaille d’étudiants (la Saint-Nicolas), je me suis endormi au "Pot au lait", rue Sœur de Hasque. La serveuse m’a réveillé le lendemain matin vers 8-9 heures !"

Premier bulletin ? "À l’école primaire du Bellenay à Herstal, il était assez bon. J’ai eu la chance d’être épargné par les difficultés scolaires."

Dernier concert ? "Patrick Bruel le 14 mai 2019 à Forest National lors de la fête de ses 60 ans… C’était prodigieux."

Dernière folie ? "L’achat d’une nouvelle table de mixage, il y a quelques jours. Juste pour le plaisir."

Dernier achat compulsif ? "Une petite voiture 1/24e de Tintin. Je suis Tintinophile."

Pire cauchemar ? "Je n’en ai pas de véritable souvenir. Je passe des nuits assez sereines."

Pire phobie ? "Que mon chien s’échappe par inadvertance et se fasse écraser."

L’objet dont vous ne vous séparez jamais ? "Ma tablette n’est jamais très éloignée de moi."

Que trouvera-t-on toujours dans votre frigo ? "De l’emmental ! J’adore."

Quelle femme pourrait vous faire craquer ? "J’adore Sophie Marceau ou Lynda Lemay."

Passe-temps favori ? "Les courses cyclistes…. Le printemps cycliste ou le Tour de France, c’est sacré !"

Le truc le plus fou que vous avez fait ? "Justement, j’ai distribué des gadgets sur la caravane du Tour de France, dans les Alpes, et j’ai vécu pendant cinq jours la vie du Tour. Épuisant !"

Avec qui un dîner en tête à tête ? "Éric Dupont-Moretti, Acquitator. Je suis fan de cet avocat. C’est un peu moins le cas depuis qu’il est garde des sceaux."

Quel poster ornait votre chambre d’ado ? "Celui d’Eddy Merckx au début des années 1970. Un peu plus tard, ce fut Pierre Rapsat."

Le rêve le plus fou ? "Suivre entièrement les trois grands tours cyclistes en mobil-home."

Quel est votre film culte ? "Je suis fan des James Bond, je les aime tous. J’attends la sortie du prochain."