Liège À Seraing, on aimerait éviter qu’elle traverse la Meuse.

La remise en route de la ligne ferroviaire 125A, c’est pour demain. Il faut donc s’y préparer. À Seraing, le passage sous-voies dans le quartier du Molinay, au centre de la Ville, est prêt à accueillir les navetteurs. À Flémalle aussi. Le seul arrêt prévu actuellement est déjà aménagé puisqu’il s’agit de la gare de Flémalle Haute.

Pourtant, les bourgmestres des deux communes ne sont pas vraiment en accord sur le tracé de ce transport structurant. En tout cas, sur son point de départ… "Je trouve que c’est une aberration de partir de la gare de Flémalle Haute" , estime Alain Mathot, bourgmestre de Seraing. "La gare dessert déjà Liège via une ligne IC. Ce serait ainsi permettre à l’usager flémallois de choisir entre la ligne actuelle et la 125A et donc de diviser l’offre. Il serait plus intéressant de rester sur la même rive et donc de partir d’Ivoz, avec, pourquoi pas un arrêt au Préhistomuseum."

Du côté de Flémalle , comme il fallait s’y attendre, on ne l’entend pas vraiment de cette oreille. Essentiellement pour deux raisons. "Premièrement, car il y a une demande de la population flémalloise pour passer de la rive gauche à la rive droite ce qui n’est pas possible actuellement. Deuxièmement, à terme, le quartier de Flémalle-Neuve, qui se trouve sur le tracé de la ligne 125A, sortira de terre avec ses 450 à 600 logements, ses petites et moyennes entreprises et ses 720 places de parking. Il y a aura donc un important potentiel que ce soit en termes d’habitants ou de travailleurs désireux de venir travailler en train" , argue Sophie Thémont, l’échevine désignée aux fonctions de bourgmestre.

On l’aura compris, chacun a ses arguments car une traversée de la Meuse induirait un arrêt au Many et non devant le site Val Saint-Lambert, lui aussi appelé à connaître d’importants développements.

Le point sur lequel les deux interlocuteurs sont d’accord, c’est la rentabilité de la ligne. Et à ce petit jeu, c’est la SNCB qui tranchera…