"Une situation catastrophique mais une solidarité énorme"… Le bourgmestre de Trooz Fabien Beltran ne peut mieux résumer les derniers jours vécus par les habitants de La Brouck, petit village situé en bord de Vesdre et aujourd’hui presque… coupé du monde.

Ce lundi en fin de journée en effet, le couperet devait tomber : alors qu’un pont situé en aval avait déjà cédé sous la pression de l’eau, l’autre pont de La Brouck, dès lors unique entrée et sortie du village, semblait devoir être fermé à toute circulation automobile… du moins tant que de nouvelles vérifications n’avaient pas été réalisées. Le travail était en cours. 

"Le problème, c’est que nous avons eu deux avis d’expert qui indiquaient deux choses différentes, nous attendons un nouvel avis, les vérifications sont en cours", explique le bourgmestre.

Le hic donc, c’est que le village, littéralement ravagé par la Vesdre, est en pleine "ébullition". De nombreuses sociétés privées sont venues en aide aux riverains pour dégager les tonnes de déchets noyés, les carcasses de voitures, les troncs d’arbres arrachés… et les bâtiments déplacés. Un bâtiment scolaire en préfabriqué a en effet effectué plus de 50 mètres, en flottant sur les eaux avant de s’écraser sur une dizaine de véhicules. "En plus, l’armée est aussi en intervention dans le village avec des véhicules de 18 tonnes", indique le mayeur. Si le pont est fermé, tout ce petit monde sera… coupé du monde.

Seule solution : ouvrir une piste à l’arrière du village dans la colline, sur un sentier forestier sinueux. "C’est ce que nous avons déjà commencé à faire", poursuit Fabien Beltran, "il s’agit de remonter par Beaufays, c’est la seule issue mais il semble difficile d’y faire passer beaucoup de véhicules"

En cours de soirée, nous apprenions que seuls les véhicules de plus de 3,5 tonnes étaient finalement interdit sur le pont. Une bonne nouvelle pour les habitants du village.