Désireux de se rapprocher des patients, l’hôpital de la Citadelle ouvre une nouvelle polyclinique à Visé, au sein du centre médical Jules Bruwier. Dès le jeudi 24 mars, huit médecins de la Citadelle (chirurgie abdominale, endocrinologie, neurochirurgie, chirurgie orthopédique…) recevront la clientèle de Basse-Meuse en semaine. Les prises de rendez-vous sont d’ores et déjà ouvertes.

Une volonté de proximité, inscrite dans le plan stratégique 2020-2025 de l’hôpital. "La pandémie a transformé notre mode de vie sociétal, avec un profond retour à la dimension locale : des magasins de quartier, des activités plus proches, le développement du télétravail (et donc une nouvelle vision de la répartition entre le temps de travail et la vie privée), etc. En tant qu’hôpital de référence, nous nous devons d’accompagner cette transformation de la société et même d’en être un acteur majeur", explique Sylvianne Portugaels, directeur général. L’hôpital entend par ailleurs "être attractif, tant pour les patients que pour les médecins, les collaborateurs ou encore les partenaires".

L’hôpital louera deux boxes du centre médical. "S’intégrer dans un centre existant permet de mutualiser les forces, complète Jérôme Bonhomme, qui a piloté le projet. Sur un même lieu, nous décuplons l’offre de services et les disciplines représentées. C’est également une volonté de se rapprocher davantage des médecins généralistes, partenaires essentiels de l’hôpital et qui ont souvent des contacts avec nos spécialistes."

Et dans l'hypercentre de Liège

L’hôpital envisage dans le futur d’ouvrir une implantation dans l’hypercentre de Liège, "près des travailleurs, étudiants…", et ailleurs dans la province. La Spi analyse pour l’heure les futurs sites potentiels où l’hôpital pourrait s’implanter sur le territoire provincial. "À l’aide d’une cartographie et des données de l’Inami, ils réalisent une étude objective pour nous dire ‘si vous voulez aller dans telle commune, voilà ce qu’il y aura comme patients et quelles consultations sont nécessaires…’", spécifie Antoine Gruselin, porte-parole.