Liège

La conférence que devait tenir Theo Francken à Verviers, mardi soir, dans le cadre de la présentation de son livre "Continent sans frontière" a finalement été annulée. Initialement prévue à Barchon, la conférence de Theo Francken a été déplacée à plusieurs reprises mais devait finalement se tenir, ce mardi, à l'hôtel Verviers.

Informée de cette possible venue le week-end dernier, la FGTB de Verviers-Ostbelgien avait invité "ses militants, le monde associatif verviétois, les citoyens attachés à la démocratie et à un 'vivre ensemble' fondé sur le respect de tous, à se réunir aux abords publics de l'Hôtel Verviers".

Rejoints par des gilets jaunes, ils étaient près de 200 à s'être réunis devant l'établissement dès 18h00. Mobilisées en nombre et munie d'équipements anti-émeutes, les forces de l'ordre sont intervenues à quelques reprises pour éviter que la situation ne dégénère.

Du mobilier de la terrasse de l'hôtel a été lancé à l'arrivée de sympathisants de l'ex-secrétaire d'État à l'Asile et la Migration et les forces de l'ordre ont notamment fait usage de gaz lacrymogène pour éviter les échauffourées.

Finalement l'ancien secrétaire d'Etat a annulé la conférence, avançant des raisons de sécurité. "La police ne peut pas garantir ma sécurité", a indiqué l'ex-secrétaire d'Etat qui a mis en cause des actes de vandalisme commis par des militants "d'extrême-gauche" ainsi que la présence de la bourgmestre Muriel Targnion (PS) parmi les manifestants.


A leur sortie, les sympathisants de Theo Francken, qui devaient assister à la conférence, ont été escortés par les forces de l'ordre pour éviter qu'ils ne soient la cible de la trentaine de manifestants restés sur place.


Francken a également posté une image de sa voiture abîmée sur Twitter: