La hache de guerre est déterrée entre les autorités communales beynoises et la SRL Scheen Project.

Pour rappel, il y a quelques jours, un accord est intervenu entre ce promoteur immobilier et la commune. Au cœur du deal, le report d’un point qui devait être voté au conseil communal, en avril dernier et qui concernait la mise au gabarit d’une voirie… menant au bâtiment de la ferme Ste-Anne. Cette mise au gabarit aurait marqué une sorte de préaccord communal sur le projet de réhabilitation de la ferme puisque c’est dans le cadre du projet, que la voirie devait être transformée.

Le promoteur acceptait donc de ne pas précipiter les choses… il faut dire que l’opposition au projet de réhabilitation de la ferme Sainte-Anne est assez claire, autour de Beyne-Heusay.

Lors de l’enquête relative au projet, tant les communes de Liège que de Fléron et de Chaudfontaine, voisines, avaient rendu un avis négatif, estimant que ce projet était prématuré, au regard de l’étude commandée sur le site du Ry-Ponet ; étude qui doit donc permettre de déterminer l’avenir de cette zone sensible.

Mais ce mercredi, les autorités beynoises ont appris que Scheen Project venait de déposer un recours auprès du gouvernement wallon concernant la demande de permis unique introduite dans le cadre du projet d’aménagement de la ferme Sainte-Anne.

"Du point de vue du collège communal, il s’agit d’un acte de rupture unilatérale de l’accord de moratoire qu’avaient conclu les deux parties, estime le bourgmestre Didier Henrottin.

"Dans les faits, la procédure voirie, imposée par la Région, suspend les délais de traitement de la demande de permis unique. Le conseil communal de Beyne-Heusay ne s’est pas prononcé sur cette procédure voirie, car Scheen Project avait accepté qu’on attende les conclusions de l’étude du site du Ry-Ponet, commandée par Liège Métropole. Scheen Project estime aujourd’hui que ladite procédure voirie n’est pas justifiée. Cela impliquerait que les délais impartis pour prendre une décision concernant le permis unique sont dépassés, ce qui équivaut à un refus de l’autorité compétente, à savoir notre commune".

Pour rappel, la réhabilitation de la ferme prévoit la création de 2 salles événementielles, 17 chambres à la ferme, une microbrasserie, une aire de culture maraîchère et un parking de 60 places.