La maman de Jules et Timothé a présenté un témoignage très émouvant devant les jurés

Ce mardi après-midi, Madeleine Bosly, 36 ans, la maman des deux petites victimes, Jules 6 ans et Timothé, 4 ans, a apporté un témoignage poignant. 

Elle a lu un document dans lequel elle a présenté ses deux petits garçons avec tout l’amour dont une maman peut être capable. La salle a été très émue. "J’avais deux enfants formidables", a explique la dame. "Ce sont les deux petites victimes d’un bourreau sans coeur. Jules était sensible, doux et excessivement intelligent." 

Le petit garçon adorait les bandes dessinées de Schtroumpfs. "Ce grand garçon, mon petit bébé d’amour. Il aimait la vie, les gens. Il adorait sa maman. Il voulait m’épouser. J’ai dû lui dire non, parce qu’une maman ne peut pas se marier avec ses petits mecs. J’aurais aimé lui dire oui." 

Madeleine Bosly a expliqué que le petit garçon était nerveux quand il devait faire ses devoirs sous la contrainte d’un père exigeant.

 "Il avait juste besoin de rire et de jouer. Il avait besoin de se sentir aimé. Le petit faisait tout de son mieux. Même si son père trouvait qu’il courait mal. Je suis tellement fière de mon grand guerrier. Il jouait à fond, parfois de façon très rigide comme lui avait appris son père et parfois, il était comme maman. Il faisait tout pour plaire à sa mère, à son père et à son petit frère. Il a été violemment saccagé par un père qui avait besoin d’étaler sa haine envers moi. Il a pleuré et je lui ai promis que les grands allaient régler leur problèmes. J’ai promis à mon fils et tu en as décidé autrement, assassin sans coeur", a-t-elle poursuivi en s’adressant à l’accusé. 

La maman a ensuite évoqué son deuxième petit garçon. "Timothé avait 4 ans. C’était une boule de joie. Il rayonnait. Il avait beaucoup d’humour. La semaine avant que son papa ne lui tranche la tête, il était heureux." 

Le petit garçon avait un caractère bien trempé. "Il savait déjà ce qu’il voulait et faisait tourner son grand frère en bourrique." Selon la maman, le petit garçon avait des difficultés à montrer ses sentiments. "Il n’arrivait pas à dire facilement je t’aime. ll me disait 'je t’aime beaucoup' et cela me faisait fondre. Il me serrait le cou et il me disait que j’étais la plus belle maman du monde. Je l’aime tellement", a poursuivi la maman. 

Elle a décrit les projets des deux petits garçons. Timo avait décidé de son métier serait de courir très vite. "On avait conclu qu’il serait sportif professionnel et payerait les études d’astrophysicien ou d’astronaute de son grand frère. Timo aimait les histoires, les câlins. Il était plein de promesses." 

Madeleine Bosly a regretté le fait qu’elle ne connaîtra jamais l’avenir de ses enfants. "Ils auraient pu devenir de grands hommes. Un monstre les a déchirés, déchiquetés. Il les a surtout fait beaucoup souffrir pour me faire du mal. Le jour de leur enterrement, j’ai dit que leur papa les aimait. Je le regrette aujourd’hui. Je sais maintenant, que l’on n’aime pas quand on fait cela." 

Le témoin a ensuite expliqué sa rencontre avec Eddy Michel. "J’avais 22 ans. J’étais jeune. Je rêvais d’une vie de princesse. J’ai cru pouvoir faire de lui le père de mes enfants. Je me suis trompée tellement fort. J’aurais dû comprendre qu’il ne voulait rien faire qui lui demande des efforts." 

Selon la dame, la vie commune a été teintée d’énormément de reproches. Les disputes étaient de plus en plus courantes. Un des points de disputes était le fait que Eddy Michel buvait lorsqu’il se rendait au football. "J’étais contrôlée pour tout. Il parvenait à me convaincre que je n’étais pas capable. Il y avait beaucoup de contraintes et toujours plus de règles. Il voulait tout contrôler de son fauteuil. Choisir et interdire. Je me disais qu’il ne changerait pas et que je m’y ferais. Il pouvait regarder la télé, mais pas les enfants. Il mangeait des sucreries, mais les enfants ne pouvaient pas. Il m’expliquait comment conduire mieux alors qu’il n’avait pas son permis. Ce n’était jamais comme il fallait." 

Elle a ensuite expliqué la tristesse de ne plus avoir ses enfants. "Si j’avais su que c’était le dernier été, je serais restée collée à eux. C’était le dernier été. Je ne suis pas animée par la haine, mais par le manque de mes enfants."

Elle a confirmé qu'il lui avait dit qu'avant de se suicider, il allait les tuer tous les trois.