Plus de 200 manifestants ont organisé une action symbolique… pour les femmes.

Ce lundi 9 mars, ce sont plus de 200 militantes et militants de la FGTB Liège-Huy-Waremme qui se sont réunis, place Saint-Paul… rebaptisée Place de l’Égalité. Sur le sol, un graphe éphémère insistait en effet sur cette nécessaire égalité. Une action symbolique au lendemain de la journée internationale des droits des femmes…

En cette journée de lutte, c’est Maria Sita, présidente du bureau des femmes de la FGTB Liège-Huy-Waremme qui a pris la parole. Dans son discours, elle a pu rappeler le rôle majeur que jouent les femmes dans la société… et paradoxalement le peu de considération qu’elles obtiennent en retour.

"Lorsque les femmes s’arrêtent, c’est tout qui s’arrête", a-t-elle insisté, "car ce sont les grandes surfaces qui s’arrêtent, les hôpitaux, les écoles, les crèches ou les agences de titres-service"… des secteurs où les femmes occupent la majeure partie des emplois en effet. Mais bien souvent des emplois précaires…

"Qui dans un couple sacrifie sa carrière ? Qui porte la charge mentale ? Qui occupe l’emploi précaire ? Qui est rarement invitée aux tribunes scientifiques ? Qui n’accède que très difficilement aux hautes fonctions ? Et qui gagne un quart de salaire en moins ?"… les femmes.

87 jours de plus !

Maria Sita rappelait encore ce calcul symbolique : pour qu’une femme gagne la même chose qu’un homme, à emploi égal (et en moyenne), celle-ci devrait travailler jusqu’au 27 mars de l’année suivante là où l’homme s’arrête au 31 décembre, soit 87 jours de plus !

"Aujourd’hui encore l’inégalité salariale augmente et passe à 23,7 %, une inégalité qui a des conséquences pour les femmes tout au long de leur carrière et pénalise leur pension". "Sans parler des discriminations à l’embauche, de l’inégale répartition des tâches ou encore de la difficile combinaison vie privée/vie professionnelle qui demeure un véritable frein à l’émancipation des femmes travailleuses", rappelait la présidente du bureau des femmes.

Et d’en appeler enfin à un soutien global… y compris des hommes : "Messieurs, soyez nos alliés et ensemble, travaillons pour que l’égalité devienne réalité". Une nécessité dans ce combat.