Un outil qui permet de vérifier les véhicules stationnés sans contrôle manuel d’un policier.

La police de Liège a fait l’acquisition d’un nouvel outil, le Scancar. L’objectif de cette technologie, s’assurer que le propriétaire du véhicule a correctement approvisionné l’horodateur.

Il s’agit d’une voiture surplombée de 16 appareils de prises de vues. Trois types de caméras composent l’engin, une classique qui lit la plaque d’immatriculation, une caméra infrarouge pour distinguer la plaque dans l’obscurité, ainsi qu’une caméra 180 degrés.

En circulant dans les rues de la cité ardentes, cette voiture scan les plaques d’immatriculation et grâce à un système de base de données, sait immédiatement si le véhicule est en ordre ou pas.

Quelques changements sont donc à observer puisqu’à présent, lorsque vous vous rendrez à l’horodateur, vous devrez entrer dans celui-ci votre plaque d’immatriculation. Les personnes en possession d’une carte riverain elles ne doivent faire aucune démarche, puisque leur numéro de plaque a d’ores et déjà été encodé.

Concernant les détenteurs d’une carte de stationnement pour personnes handicapées, la gratuité des zones à horodateur est conservée. Cependant, ces personnes doivent à présent communiquer leur immatriculation via le e-Guichet ou auprès du service social communal. La même démarche devra être effectuée par les visiteurs d’un jour qui souhaitent bénéficier de cette gratuité.

Un test de 15 jours

Le système prévoit également une période de 5 minutes de battement qui permet de couvrir le moment ou le propriétaire du véhicule se rend à l’horodateur pour y payer son ticket. Si le logiciel n’est pas sûr à 90 pourcents de l’identification de la plaque, celle-ci est contrôlée par un agent.

Le système est actuellement en période de test, qui devrait approximativement durer 15 jours. Période durant laquelle les personnes en défaut, ne recevront qu’un avertissement. Notons que les contrôles manuels sont pour le moment toujours d’actualité.