Une maman et ses deux fils candidats dans trois communes différentes

La politique est parfois une histoire de famille. Nul n’en doute lorsque l’on voit des dynasties d’élus, parfois au plus haut niveau. En région liégeoise, le virus politique a également atteint la famille Kempeneers-Vincent puisque la maman et ses deux garçons seront candidats sur les listes électorales lors du scrutin d’octobre prochain. En effet, tous seront candidats Ecolo, mais pas dans la même commune !

Étonnamment, c’est le cadet de la famille, Dorian, qui a transmis à ses aînés le virus de la politique. Déjà candidat à Beyne-Heusay en 2006, à l’âge de 23 ans et sans aucune ambition, il était loin de s’imaginer "faire carrière". Et pourtant, six ans plus tard, en 2012, après son installation dans l’un des plus beaux villages de Wallonie, il entrait au conseil communal d’Olne en tant qu’échevin !

En 2018, il tirera une nouvelle fois la liste Ecolo, en espérant améliorer encore le résultat de la liste.

Le second à s’investir fut Cédric. Le grand frère de Dorian fut contacté par la locale Ecolo de Beyne-Heusay, peu après son retour en terres beynoises. En effet, Cédric a grandi à Bellaire avant de partir quelques années sur Jupille, puis de revenir dans sa commune de cœur. Pour la locale, il ne s’agissait pas seulement de remplacer un Kempeneers par un autre, mais bien de s’appuyer sur le dynamisme et l’implication associative de Cédric au niveau local.

Il était candidat en 2012, où il fit un score honorable. En 2018, fort de sa quatrième place sur la liste, il vise haut pour le groupe Ecolo-CDH.

Le scrutin de 2018 sera par contre une grande première pour Georgette. Domiciliée à Fléron depuis des années, elle n’a jamais imaginé qu’elle se lancerait dans le bain. Et pourtant, après quelques hésitations, elle décide cette année de se mettre elle aussi au service d’Ecolo dans sa commune. Ses ambitions ? Modestes, comme pour ses deux enfants lors de leur première campagne.

Pour 2024, il restera à convaincre la grande sœur, jusqu’ici rétive à l’engagement politique… Mais qui sait ?