L'établissement pénitentiaire est en état de confinement depuis samedi midi, ont indiqué les syndicats et la direction de l'administration pénitentiaire. Cinq détenus travailleurs ont été testés positifs sur les 70 prisonniers que compte la prison de Huy, a indiqué une porte-parole de l'administration pénitentiaire. La prison est mise en quarantaine, à l'instar de celle de Nivelles où des cas positifs avaient été détectés jeudi.

Dans ces deux prisons wallonnes, les visites aux détenus, les préaux, les transferts, et le travail dans les ateliers sont provisoirement suspendus. "Tout le monde reste en cellule. On évite trop de mouvements", ajoute la porte-parole.

Tous les détenus hutois vont être testés. Une fois le résultat des tests obtenu, la direction déterminera s'il convient ou non de prolonger le confinement.

"Un détenu positif à Huy a été transféré à la prison de Bruges qui dispose d'une aile Covid mais qui est saturée. Une section spéciale devait aussi être aménagée à la prison de Lantin, mais elle se fait encore attendre", explique Claudine Coupienne, secrétaire permanente CSC Services publics. L'administration précise que la section Covid de Lantin qui disposera de 25 lits comme à Bruges, devrait ouvrir prochainement et accueillir des cas Covid quand cela est nécessaire.

Les syndicats dénoncent depuis plusieurs semaines l'assouplissement des visites octroyé aux détenus. "Nous avions prévenu la direction pénitentiaire. Les infections surviennent après un congé pénitentiaire ou après une visite intime. Nous ne sommes pas contre les visites, mais nous voulons qu'elles se déroulent en toute sécurité", a ajouté Mme Coupienne.

La CSC entamera d'ailleurs une grève de 48 heures lundi à 6h00 afin de protester contre l'assouplissement concernant les congés pénitentiaires. La FGTB a mené une action similaire cette semaine.

Une réunion avec les syndicats, la direction de l'administration pénitentiaire et un membre du cabinet du ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, est prévue lundi après-midi. "Un plan sera proposé aux syndicats afin de voir comment gérer au mieux les cas positifs", a précisé une porte-parole de l'administration. Celle-ci rappelle que jusqu'ici il n'y en avait pas eu beaucoup. "Nous prenons de toute façon tous ces cas au sérieux et prenons des mesures très strictes en cas de contaminations", a-t-elle ajouté.