La reine Mathilde s’est rendue jeudi matin aux banques alimentaires (BAL) de la province de Liège, ainsi qu’à l’association "Accueil et Partage" à Ougrée, qui lutte contre la faim et l’exclusion sociale. "La Reine souhaitait un panorama de l’aide alimentaire, dont nous sommes un des premiers maillons. La banque alimentaire rassemble les invendus pour les donner à des associations", a expliqué Bruno Nève, président des BAL de la province de Liège.

Une visite des entrepôts, des frigos et des réunions de travail ont permis d’expliquer à la souveraine l’impact de l’épidémie de nouveau coronavirus sur l’activité de l’aide alimentaire. "Il y a eu une hausse nette de la demande, qui est difficile à estimer car certains ne sont plus venus par peur du coronavirus tandis que de nouveaux bénéficiaires sont arrivés", a détaillé M. Nève. "On considère toutefois que la demande augmente entre 15 et 30 % et cela continue".

Les demandes ont pu être rencontrées car l’offre a également augmenté, grâce à de nouveaux dons. Les enseignes qui donnent habituellement leurs invendus à l’Horeca se sont également tournées vers les banques alimentaires. "On a eu une hausse de l’offre de presque 50 % pendant les six premiers mois", a indiqué le président des BAL de Liège. "On est passé à peu près de 2.000 à 3.000 tonnes" de nourriture à donner.

La Reine s’est également rendue à Ougrée, dans l’association "Accueil et Partage" où elle a rencontré trois personnes bénéficiaires de l’aide alimentaire.

"Le contact humain plutôt qu’un chèque"

La visite de la souveraine "nous fait plaisir car cela montre son intérêt pour l’aide alimentaire en tant que telle, qui est parfois considérée comme quelque chose de dégradant, d’un autre âge ou paternaliste", a confié M. Nève. "On dit parfois qu’il faudrait remplacer l’aide alimentaire par des chèques, de donner de l’argent plutôt que de la nourriture. Mais c’est oublier que l’aide alimentaire permet de parler aux gens, d’entrer dans leurs problèmes. Un chèque ne remplacera jamais le contact humain", a-t-il estimé. "L’aide alimentaire est la porte d’entrée pour couper la solitude".