Liège Le PTB a retourné ce dossier dans tous les sens lors du conseil communal.

Le Cristal Park ressort des tiroirs. Seul Damien Robert, chef de groupe du PTB, a manifestement le temps de creuser ce style de dossier. Il passe d’une société à l’autre et des montants de recapitalisation aux sommes déjà injectées sans l’once d’un problème.

Mais, des problèmes, pour lui, il y en a à l’heure où les engins de chantier sont dans la phase 2 de dépollution du site de 7,5 hectares. Un site qui doit accueillir des commerces, des bureaux, une zone de loisirs et de l’habitat Un projet qui peine à sortir de terre et ce n’est peut-être pas demain la veille que le premier coup de pelle sera donné car le projet se réinvente en maintenant toujours plus de vestiges industriels du passé.

Bref, un projet qui va se fondre dans son environnement. Quid des modifications et du positionnement de la Ville sur celles-ci ? Du compromis de vente ? Devra-t-il être modifié ? "Comment la Ville, qui est pro priétaire des terrains concernés par ce compromis de vente, peut-elle être d’accord alors qu’il n’y a eu aucun débat sur ces changements, que ce soit au sein du collège ou au sein du conseil communal ? Ce n’est pas au promoteur privé de décider. Les terrains appartiennent à la Ville. C’est donc d’abord à la Ville de se positionner. Et elle doit le faire publiquement", soutient Damien Robert qui n’a guère été convaincu par les réponses.

Quand on s’enfonce sur le terrain des finances, les questions demeurent… "sans réponse, or cet argent est public. Presque 10 millions d’argent public a été prêté, la Ville est propriétaire des terrains et elle est l’actionnaire public majoritaire. C’est un droit démocratique de base d’exiger de la transparence sur l’utilisation de ces fonds."

Le compte est dans le rouge pour 3,7 millions d’euros, sachant également qu’un emprunt de 7,5 millions d’euros a été contracté par Immoval et Valint Invest, promoteurs du projet, auprès d’Ogeo Fund, lequel a récemment été sollicité par Valint Invest à nouveau pour une avance de 850 000 d’euros.

Les promoteurs sont vivement attendus au conseil.