Menaçant, grossier, violent, l’homme qui vient d’être condamné au tribunal correctionnel de Liège devra rembourser à la zone de police du Pays de Herve ce qu’il a cassé. En outre, il a été condamné à quinze mois pour outrage à agent et menaces

"L’affaire remonte au mois d’avril 2020", explique-t-on à la zone de police hervienne manifestement satisfaite du jugement rendu. "Des policiers de notre zone ont été appelés à Aubel pour une personne violente occasionnant notamment des troubles à l’ordre public."

Amené au poste de police, l’individu qui ne s’arrête plus de menacer, de vociférer et de cracher, finira même par arracher une caméra de surveillance de la cellule dans laquelle il avait été placé, au commissariat de Herve.

Jugé au tribunal de première instance de Liège pour les faits d’outrage et de menaces envers les policiers ainsi que pour la destruction du matériel appartenant à la zone de police, l’homme a été condamné. Ainsi, au pénal, il a écopé d’une peine de 15 mois d’emprisonnement avec sursis probatoire de 5 ans. Au civil, il doit payer à la zone de police 2 206 € à majorer des intérêts compensatoires et moratoires.

"Qu’on se le dise, la zone de police du Pays de Herve réclame systématiquement toutes les indemnisations dues et introduit si nécessaire une action en justice dans les cas des rébellions envers ses policiers… qu’il s’agisse de violences physiques ou même de destruction du matériel. En particulier lorsqu’il s’agit de blessures corporelles, il n’est pas rare que de telles indemnisations atteignent plusieurs milliers d’euros."

En se constituant partie civile, la zone de police souhaite ainsi épargner à la société de devoir payer pour les écarts de conduite "de certains individus fort peu scrupuleux et irrespectueux de l’autorité de la police et des règles de vie en société".