Un certain Homari âgé de 35 ans, encourt une peine de dix mois de prison ferme devant le tribunal correctionnel de Liège pour avoir lacéré le visage d’un autre détenu à la prison de Lantin, le 10 septembre dernier. Les deux protagonistes ne sont pas des enfants de coeur. En effet, Homari qui s’est présenté sous une dizaines d’identités différentes a déjà écopé notamment d’une peine de cinq ans de prison ferme devant la cour d’appel de Mons pour avoir commis une tentative de meurtre tandis que le second a été condamné pour avoir égorgé un “ami” lors d’un délire mystique sous drogues… Ce dernier s’est était sorti grâce à l’intervention des secours… A la prison de Lantin, les tensions entre Homari et cet autre détenu étaient grandes. Les deux hommes s’en voulaient à la suite d’une transaction de drogue. “ Il aurait dû me donner plus de drogue que ce qu’il m’a donné”, a estimé Homari. “Depuis, il insultait en permanence mes parents qui sont décédés”, a indiqué le suspect qui a comparu détenu. Le jour des faits, la victime et un autre homme auraient donné rendez-vous à Homari dans la salle d’attente du médecin de la prison… C’est à cet endroit que les intéressés avaient décidé d’en découdre… Lors de ce rendez-vous, le ton est monté et le moins que l’on puisse dire, c’est que la tension n’a pas baissé. En effet, les deux hommes en sont venus aux mains. Mais alors que Homari ne présentait pas de blessures graves, l’autre détenu s’est retrouvé avec le visage lacéré avec un morceau de verre… Il présente une plaie à sang coulant juste en dessous de l’oeil… Les blessures sont d’une certaine importance puisqu’elles ont nécessité la pose de points de suture. Le détenu blessé a été soigné sur place, à la prison de Lantin. A proximité du lieu de la bagarre, les gardiens ont retrouvé des morceaux de verre provenant d’un pot, mais aussi une lame de rasoir. Au départ, les protagonistes prétendaient que la dispute serait née à la suite d’un près d’un disque de musique non rendu… Ils ont ensuite admis qu’il s’agissait d’un problème de stupéfiants. “Il avait des bics et moi je n’avais rien”, a déclaré le prévenu. Des images de vidéo-surveillance ont été jointes au dossier. On y voit une main porter un coup avec un objet tranchant au visage de la victime. “Ce n’est pas ma main”, a déclaré le suspect. “Je ne portais pas de morceau de verre, mais j’avais une bague. Je l’ai jetée ensuite.” Le bijou en question n’a jamais été retrouvé. Me Mallants, à la défense du prévenu a plaidé un partage des responsabilités. Le tribunal rendra sa décision en décembre prochain.

Sarah Rasujew