Liège

Le dossier des lofts dans les anciennes usines des Forges de Zeebrugge n'était pas au point mort

HERSTAL Transformera ou transformera pas... ? À Herstal, si les dossiers de requalification urbaine sont nombreux, il en est certains qui, par leur objet, sont bien ancrés dans les esprits...

C'est le cas du dossier des Forges de Zeebrugge, ou plutôt des anciennes Forges de Zeebrugge. Abritant à l'époque l'activité de l'usine du même nom, le site situé rue Louis Demeuse, aujour- d'hui vide, devrait accueillir plus de 50 lofts. Du moins, c'est l'annonce qui avait été faite il y a plus d'un an (en novembre 2007). Depuis l'annonce, en effet, plus rien, ni travaux ni même rumeur, le projet serait-il abandonné ?

Pour les intéressés, Jean-Louis Lefèbvre (PS), échevin de l'Urbanisme, rassure : "Rien n'est abandonné; d'ailleurs, le permis a été délivré le 17 novembre 2008" .

Le dossier est donc sur les rails et, selon l'échevin, les travaux devraient débuter en août de cette année et pourraient durer un an et demi...

Reste bien sûr la question du succès de ces nouvelles habitations. Lorsque le projet avait été avancé en effet, l'opposition semblait grande entre la commune de Herstal et le style d'habitat proposé : dans les anciennes forges, 54 lofts sont envisagés, chacun présentant une superficie de 125 m2 avec une terrasse de 20 m2 et un jardin de 40 m2 pour ceux du rez-de-chaussée.

En introduisant ce concept aéré, stylé et cher a priori dans une commune paupérisée, la société bruxelloise Immo style Immo lofts désire jouer la carte du mélange de style, mais sans excès. Les prix pratiqués seraient en effet de 200.000 € pour un loft aménagé, soit du moyen de gamme tendance haute gamme.

Par ailleurs, un espace muni d'une piscine de 16 m sur 8 m avec une salle de fitness se situerait dans le prolongement et, clou du concept, les lofts seraient tournés vers un jardin intérieur commun large de 8 m.

Architecturalement parlant, l'ancienne ossature du site serait conservée mais divisée entre les lofts. Avis aux amateurs.



© La Dernière Heure 2009