Liège

C’était un samedi matin de juin 2012. Réunis à l’occasion d’un conseil communal extraordinaire, les élus sérésiens furent amenés à voter le Rapport urbanistique et environnemental (RUE) relatif à l’urbanisation des terrains concernés par le projet Cristal park, au Val Saint-Lambert.

Mener ce projet dans son ensemble apparaissait comme le seul moyen de sauver la cristallerie !

Un argument qui se casse la figure suite à l’aveu de faillite, la semaine dernière, fait par les gestionnaires de la cristallerie…

Logique, dès lors, que le libéral Fabian Culot ait voulu savoir si cela risquait de remettre en cause le projet Cristal park… sachant que le ministre Henry a approuvé ce fameux RUE, tout en demandant qu’aucune construction ne soit établie au-delà de la lisière actuelle du bois. Cela afin de préserver une zone boisée jugée "remarquable".

Une situation qui ne remet nullement en question le projet, selon le bourgmestre sérésien ! Et de renforcer ses propos en faisant le point sur les avancées réalisées dans le cadre de la recherche d’investisseurs...

"Pour la zone de bureaux, c’est signé. Pour le lotissement (NDLR : plus de 200 logements) et l’hôtel, c’est en cours de concrétisation. Et pour la zone de loisirs (NDLR : aquapark et piste de ski indoor), le promoteur a présenté le projet et il est en contact avec des investisseurs qui semblent fort intéressés", a souligné Alain Mathot.

Quant à l’aveu de faillite, le maïeur a déploré qu’il soit intervenu alors qu’un repreneur, une société alsacienne, s’était manifesté… Une reprise qui ne s’est pas concrétisée suite à l’intervention de l’Europe, qui remet en cause le montage imaginé pour le rachat des terrains de la cristallerie. Des négociations sont actuellement en cours avec l’Europe, via le cabinet du ministre Marcourt. Mais l’essentiel, a insisté le bourgmestre, c’est qu’en cas de reprise, la marque restera propriété de la Région wallonne.