Les participants au Cyclotour organisé par le mouvement citoyen Dégaze pour protester contre la construction de nouvelles centrales au gaz en Belgique, sont arrivés dimanche à Tihange après avoir pédalé quelque 300 kilomètres. Avec Cyclotour, les participants entendaient protester contre la construction et le subventionnement de nouvelles centrales au gaz fossile en Belgique, en plus du maintien en activité de deux réacteurs nucléaires.

Partis d'Anvers le 25 mai, les cyclistes se sont arrêtés à Anvers, Gand, Vilvorde, Diest, Tessenderlo, Bruxelles ou encore Charleroi. "Il y avait une centaine de participants", a expliqué le coordinateur du mouvement Dégaze. "Notre message est de dire qu'il est possible de sortir du nucléaire sans devoir construire des centrales au gaz fossile. Ce serait mettre de l'huile sur le feu du changement climatique, des guerres commanditées par le gaz et des prix de l'énergie déjà exorbitants. Il faut une mise en œuvre de politiques climatiques qui réduisent la demande d'énergie d'une manière socialement juste", a-t-il martelé.

La journée de dimanche était consacrée à la province de Liège, où la construction de deux nouvelles centrales au gaz est envisagée dans la vallée de la Meuse, au Château Val Saint-Lambert et à Flémalle.

"Il y a déjà eu une victoire avec l'abandon du projet de centrale à Tessenderlo. Avec les groupes locaux, nous continuerons à nous battre et nous sommes déterminés à aller jusqu'au bout. Notre avenir et celui des générations futures sont en jeux", a ajouté Simon Lalieu.

En octobre 2021, la ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA) avait rejeté la demande du groupe Tessenderlo pour construire une centrale électrique au gaz de 900 mégawatts à Tessenderlo. Elle avait justifié son refus par le fait que la nouvelle centrale au gaz allait être construite à côté d'une centrale déjà existante, d'une capacité de 400 MW. Pour la ministre, les effets cumulatifs des deux installations n'avaient pas été examinés dans le rapport d'impact environnemental du nouveau projet.

Le coordinateur et les membres du collectif Dégaze espèrent une réaction des autorités. Une rencontre avec la ministre de L'Énergie, Tinne Van der Straeten, serait prévue prochainement.