Le festival Images Sonores, organisé par le Centre Henri Pousseur, et dédié aux écritures musicales d'aujourd'hui et plus particulièrement à la musique mixte - l'univers sonore où les instruments acoustiques dialoguent avec leur extension électronique - retrouve avec son édition 2022 sa forme habituelle au printemps, avec 5 concerts à Liège, du 27 avril au 12 mai 2022.

Ainsi, le festival ouvrira ses portes le mercredi 27 avril, au Trinkhall Museum, avec des œuvres d'Henri Pousseur et de Michel Fourgon, dont notamment la création de l'œuvre Carpe diem, en hommage à la vie, pour violon alto, bugle et électronique. L'œuvre, commandée par le Centre Henri Pousseur, et développée avec le compositeur liégeois dans les studios du Centre, sera créée par Vincent Royer (alto), Philippe Ranallo (bugle) et le Centre Henri Pousseur (dispositif électronique).

Les samedi 7 et dimanche 8 mai, le festival proposera deux événements à l'Église Saint-Antoine et Sainte-Catherine, en Neuvice. Le samedi, le public pourra découvrir l'installation hybride Chamber, associant un travail de recherche sonore aux éléments plastiques, de la compositrice Sarah Wéry, en collaboration avec la scénographe et céramiste Milena Forest.
Lors de cette soirée, une deuxième œuvre commandée par le Centre, associant la création musicale à une autre discipline artistique sera présentée : il s'agit de la création belge de l'œuvre RA pour violon alto, danse et électronique de la compositrice japonaise Malika Kishino.
Le dimanche, le festival propose un parcours musical spatialisé dans l'église, opposant des œuvres et connotations anciennes à des créations contemporaines. On pourra y découvrir des œuvres mixtes écrites pour des instruments anciens tels que le serpent ou la flûte à bec et accompagnés d'un dispositif électronique, par les compositeurs belges Gilles Doneux et Paul Pankert. La virtuosité du Trio Apsara s'appliquera également à d'autres types contemporaines de la flûte à bec, tels que les flûtes à bec carrées Paetzold (conçues dans les années 1970) ou encore des cornemuses flûte à bec fabriquées en 3D dans une œuvre du compositeur belge Jasper Vanpaemel.

Le mardi 10 mai, le festival retournera au Trinkhall Museum, pour la présentation de son double disque enregistré dans le cadre des 50 ans du Centre Henri Pousseur (fondé en 1970 par Henri Pousseur et Pierre Bartholomée). Sur ce disque, publié sous le label de Et’Cetera, huit œuvres mixtes de compositeurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles, d'autres régions du pays et de l'étranger ont été réunies. Lors de la soirée, le public pourra découvrir des œuvres de Gaëlle Hyernaux, d'Henri Pousseur et de Jean-Pierre Deleuze, qui dans Sonances de l'an levant rend un hommage méditatif au Japon.

Le festival se terminera le jeudi 12 mai, au Théâtre de Liège, avec la co-présentation, dans le cadre du festival Jazz à Liège, du troisième concert de la première mondiale de l'œuvre visionnaire écrite entre 1986 et 1989 Music for Trees de Garrett List, par Orchestra ViVo! et la chanteuse Lynn Cassiers. Outre plusieurs pièces pour orchestre de chambre, le programme de la soirée contiendra également des pièces électroniques qui ont fait l'objet d'une ré-actualisation au Centre Henri Pousseur, menée par Adrien Lambinet et Manu Louis.

Infos sur le site : images-sonores.be