Camp Bestival 2019 - Day 1 - Performances
© Reporters / Wenn

Liège

Le Golden Age Rock Festival, un festival hors norme à Liège

Frédéric de Biolley

Publié le - Mis à jour le

C’est un festival de haute voltige qui se tient à Liège du 23 au 25 août.

Le Golden Age Rock Festival casse les codes du festival classique. Non seulement, il se tiendra en indoor, dans la belle caserne Fonck à Liège. Mais, en plus, il proposera une vingtaine de concerts sur une seule et unique scène. Voilà qui change sensiblement la donne par rapport aux festivals d’été qui proposent une jungle d’artistes : il faudrait y jouir du don d’ubiquité pour pouvoir assister à tous les concerts.

" Nous voulions inscrire cette première édition sous le signe de la convivialité, souligne Gauthier Henri, un des organisateurs. Lors des nombreux festivals auxquels j’ai assisté, j’ai régulièrement été frustré de devoir opérer des choix pour assister à l’un ou l’autre concert et devoir, de facto, renoncer à d’autres."

Cette plongée dans un autre temps ne se matérialise pas uniquement dans l’organisation de l’événement mais aussi et surtout, dans sa programmation. L’affiche rassemble effectivement une solide brochette d’artistes qui ont connu les années de gloire du Classic rock des seventies ou du hard rock des années 80. Voilà le pari pour le moins audacieux que se sont lancé Gauthier Henri, Marc Tombal et Bernard Hemblenne, tous trois de grands passionnés de musique. "Nous en avions marre de toujours voir les mêmes noms sur les affiches, poursuit Gauthier Henri. Et comme il n’existait encore rien de la sorte, nous avons lancé cette première édition avec des formations qui, pour certaines, n’ont jamais joué en Belgique. Ce sera, notamment, le cas des Canadiens de Moxy qui avaient été naguère produits par Jack Douglas (Aerosmith) et qui, après plusieurs dizaines d’années de silence, ont décidé de remonter sur scène. Il y aura aussi Phil Campbell, le guitariste de feu Motörhead, ou Ross The Boss qui interprétera les titres de Manowar qu’il jouait lorsqu’il faisait encore partie du groupe…" KK Downing, le légendaire guitariste de Judas Priest l’accompagnera pour l’occasion.

La liste est encore longue puisque Uli Jon Roth se rappellera aux bons souvenirs liégeois quand il écumait les clubs de la région avec Scorpions. Notre compatriote Rudy Lenners (Steelover, Such A Noise…), qui a milité derrière les fûts de Scorpions, sera, lui aussi, de la partie pour une ultime prestation avant de raccrocher ses baguettes.

Les belges de Channel Zero seront, eux, en tête d’affiche le vendredi avec leur nouvelle formation articulée autour de l’inoxydable Franky (chant).

Samedi, ce sera au tour de Foghat de dispenser son blues rock des seventies avant de laisser la vedette, dimanche, à Dee Snider. Le chanteur charismatique de Twisted Sister se consacre désormais à une carrière solo après la récente séparation du groupe.

Outre les concerts, les festivaliers auront aussi l’occasion de déambuler à travers une petite exposition où l’artiste liégeois Eric Philippe, entre autres, dévoilera quelques-unes de ses œuvres parmi celles qui ont illustré certaines covers d’albums (Rhapsody, Fireforce, Channel Zero, Mob Rules, TNT, etc.).

Ils méritent aussi votre attention

 Outre les têtes d’affiche, quelques autres performances seront à suivre de près. Le vendredi, on pointera le concert des Britanniques de Tygers of Pan Tang, les Parisiens au sang napolitain de Vulcain pourront justifier leur statut de Motörhead français… juste après le passage de Phil Campbell.

Samedi, Alain Pire (ex-Such A Noise) ouvrira le bal de cette journée estampillée seventies et le guitariste virtuose Robby Valentine se baladera dans le répertoire de Queen.

Dimanche, Dee Snider attirera tous les regards mais les Écossais d’Heavy Pettin attiseront notre curiosité. Car, depuis leurs passages en première partie de Kiss ou d’Ozzy Osbourne, la sortie de l’excellent Rock Ain’t Dead en…   et leur dispensable prestation au concours de l’Eurovision en 1987, on les croyait disparus… Il en ira de même pour Angel, groupe américain découvert par Gene Simmons (Kiss), et qui, malgré 40 ans d’existence, n’a encore jamais joué en Belgique.



Vos articles régions

Newsletter DH Actu

Notre sélection d'annonces

Fil info