Les enfants n’ont pas reçu les cadeaux qu’ils avaient commandés pour la fête.

Éros, 24 ans, a écopé de 10 mois de prison avec sursis probatoire et de 400 euros d’amende devant le tribunal correctionnel de Liège pour avoir commis des escroqueries particulièrement désagréables puisqu’il a prétendu vendre des objets qu’il n’a en réalité jamais envoyés ! C’est de cette manière qu’une mamie qui a cru acheter une console de jeux à son petit-fils pour les fêtes s’est retrouvée bien dépourvue lorsque le réveillon fut venu. Éros s’était inscrit sur le site de vente en ligne 2ememain.be en mentionnant de fausses identités. Il prétendait vendre des consoles de jeux et des ordinateurs portables. En réalité, il n’envoyait jamais les objets payés par les victimes. En tout, Éros a commis ces faits à neuf reprises. Il a à chaque fois escroqué les personnes pour des sommes allant de 250 à 300 euros. Il a utilisé à sept reprises son propre compte et à deux reprises le compte d’un ami pour commettre ces escroqueries. Les faits ont été découverts dans le courant de l’année 2017. " Cela n’allait pas à la maison ", a expliqué l’homme. " Je n’avais plus droit à aucun revenu et je me disputais souvent avec ma mère. Je rembourserai ce que je dois. "

Cinq personnes se sont constituées parties civiles à l’encontre d’Éros. Une femme a expliqué qu’elle avait pensé commander une console de jeux, mais s’est retrouvée sans cadeau la veille de Noël. Me Nathan Mallants, à la défense, a admis que les faits commis par son client sont particulièrement désagréables, mais a rappelé qu’il n’avait commis aucune violence. Le tribunal a estimé qu’une suspension du prononcé ou une peine de travail étaient des mesures trop clémentes " qui risqueraient de banaliser dans l’esprit de l’intéressé les agissements répétés dont il s’est rendu coupable ". Le juge a avancé que seules une peine de prison et une amende étaient impératives pour le dissuader d’une éventuelle volonté de récidive.