Après les actions de la semaine passée dans plusieurs hôpitaux wallons, c’est au tour du CHU de Liège de faire entendre son mécontentement vis-à-vis de l’harmonisation des barèmes du public et du privé. A l’appel de la CSC Services publics, le personnel du CHU se rassemblera sur l’esplanade du Sart-Timan, ce lundi 28 juin entre 12h30 et 15h30.

"L'investissement dont fait preuve le personnel de santé durant cette crise mérite mieux qu’une carrière emplie d’incertitudes, nous voulons des garanties", affirme Pierre Boulanger, secrétaire permanent CSC Services publics.

Depuis fin 2018, les organisations syndicales et patronales sont autour de la table, afin de tenter d’harmoniser les barèmes publics et les barèmes privés pour tout le secteur des soins de santé.

"Après 3 années de travail acharné au sein du groupe de pilotage IFIC, d’échanges avec les cabinets successifs, nous arrivons à l’élaboration des protocoles relatifs aux descriptions de fonctions et relatifs à la validation des barèmes, explique Pierre Boulanger. Si la CSC Services publics a marqué un accord sur le protocole relatif aux descriptions de fonctions, il n’en va pas de même pour la validation des barèmes."

Quels sont les points qui posent problème ? "Aucune garantie n’est présentée par les représentants de l’IFIC quant au sort des agents statutaires dans ce système et ses répercussions. Nos questions relatives au personnel statutaire demeurent sans réponse", regrette le permanent syndical.

Et de conclure : "L’irréversibilité du choix dans l’IFIC n’est pas cohérente. Avec tous les changements qui peuvent survenir dans une carrière, le travailleur doit pouvoir bénéficier du barème le plus avantageux tout au long de sa carrière. Cette opération a été prévue lors du transfert des maisons de justice en Fédération Wallonie-Bruxelles en 2014. Dès lors, affirmer que c’est ingérable n’est pas correct."

La CSC Services publics mènera donc une action de sensibilisation au CHU de Liège le 28 juin de 12h30 à 15h30 sur l’esplanade.

Notons que le fonctionnement de l'hôpital ne devrait pas être mis en péril.