Liège En s’étendant vers la carrière. L’espace sera dédié au tourisme durable.

Cet été, bon nombre de familles auront profité des congés scolaires pour aller découvrir ou redécouvrir le Préhistomuseum. Si certains visiteurs avaient déjà eu l’occasion de constater la transformation des lieux depuis la réouverture début 2016, d’autres, par contre, auront été surpris de voir ce qu’est devenu l’ex-Préhistosite de Ramioul… Si bien qu’aujourd’hui, le Préhistomuseum fait voyager ses visiteurs d’ateliers en expériences sur les traces de nos ancêtres, sur une zone de 30 hectares au cœur de la forêt de Ramioul. Et ce n’est pas fini manifestement…

Une troisième phase de développement est effectivement envisagée… Une fiche en ce sens est d’ailleurs prévue dans le Programme stratégique transversal élaboré par la majorité socialiste flémalloise pour cette législature (2019-2024).

C’est la carrière voisine exploitée par Carmeuse, dont une partie a été remblayée, qui offre cette nouvelle possibilité d’extension. Ce qui reviendrait à quasiment doubler la superficie actuelle !

"La particularité de cette zone est de disposer d’un lac qui présente un certain potentiel pour le développement du Préhistomuseum. C’est un site d’où l’on a une vue imprenable sur la vallée de la Meuse", souligne Fernand collin, directeur du Préhistomuseum de Ramioul.

Au-delà des caractéristiques naturelles de cette zone, l’extension permettra de créer de nouvelles expériences. On évoque notamment une piste de toboggans éducatifs sur l’évolution du climat et de la vie ou encore une exposition outdoor sur la Wallonie en tant que "berceau mondial de la Préhistoire".

De plus, à l’instar d’autres sites touristiques qui s’équipent de manière à pouvoir héberger leurs visiteurs, des logements dits préhisto-compatibles pourraient être implantés autour du lac…

Bien sûr, il ne suffit pas de le vouloir pour le faire… Il convient donc de réaliser une étude de faisabilité et d’activer la recherche de financement. Le conseil communal de Flémalle pourrait être amené à se pencher sur la question d’ici la fin de l’année, voire début 2020.