Il y a quelques années, le Préhistosite de Ramioul s’est agrandi pour devenir le Préhistomuseum au cœur d’une forêt de 30 hectares. À l’époque, dans le cadre du financement, il était prévu que la commune de Flémalle prenne en charge une partie, qui devait ensuite être remboursée par le Préhistomuseum.

La somme à rembourser s’élevait à 1 425 000 €. Mais y faire face se révélait difficile. Afin de ne pas mettre à mal sa trésorerie, un nouvel accord est alors intervenu avec la commune afin d’envisager ce remboursement par tranches mensuelles de 15 000 €.

Comme l’a expliqué la bourgmestre de Flémalle, lors du conseil communal de ce lundi soir, le remboursement a été réalisé durant deux ans jusqu’à ce que l’ASBL fasse à nouveau état de difficultés. Non seulement le Préhistomuseum ne pouvait compter sur les subsides espérés, mais force a été de constater, également, que les charges au niveau du personnel étaient trop importantes… D’où la restructuration qui a été opérée l’an dernier au sein du Préhistomuseum.

Un fleuron!

" Le plan financier de départ prévoyait une double reconnaissance de l’ASBL par la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles qui devait garantir un subventionnement annuel du musée à hauteur de 1 million €… Cet engagement n’ayant pas été tenu par les entités fédérées, il devenait difficile, voire impossible, pour l’ASBL de faire face à ses engagements ", a indiqué la bourgmestre, Isabelle Simonis.

Aussi, afin d’assurer la pérennité de l’institution, sans conteste un fleuron de la commune de Flémalle, le collège communal a décidé " de donner à l’association les moyens de rembourser sa dette à travers une prise de participation accrue dans la structure ". Soit 439 032 actions dont l’ASBL est titulaire dans la SCRL Prehisto-Immo, et ce pour 878 064 €. Une opération qui a été traduite dans le budget 2021.

Avec 64,19 % des parts, la commune de Flémalle en devient ainsi propriétaire majoritaire. Quant à la dette, elle est dès lors apurée.