Liège

Les jurés vont entendre les témoins de moralité de Loïck Masson et Killian Wilmet.

Ce lundi, la cour d'assises de Liège qui juge les bourreaux de Valentin a repris le court normal de l’audience à la suite d’un report d’une semaine pour cause de risque d’épidémie de rougeole.

Pour rappel, lundi dernier, il est apparu qu’un début d’épidémie de rougeole était apparu au sein de la prison de Lantin. Plusieurs cas de rougeoles ont été détectés chez des détenus et chez des gardiens. Des détenus sont d’ailleurs actuellement hospitalisés à la Citadelle de Liège.

Les accusés ont été transférés vers une autre prison avant d’être soumis à une prise de sang pour déterminer s'ils présentaient un risque de contagion. Ce lundi matin, la cour d’assises a entendu le docteur Philippe Boxho concernant le risque.

"L’incubation est de 10 jours ", avait expliqué l’expert. Selon l'analyse, la maladie aurait été introduite en prison le 12 mai lors de visites. "Les personnes font l’objet d’une surveillance rapprochée. La direction prend des mesures draconiennes." 

Les accusés ont été isolés dans une autre prison et soumis à des prises de sang pour déterminer s'ils ont bien été vaccinés et s'ils risquent de contaminer d’autres personnes. "Deux des accusés étaient parfaitement immunisés. Belinda Donnay et Dorian Daniels ont eu droit à une injection supplémentaire de vaccins car ils étaient en partie immunisés. Aucun ne présentaient de signes de contamination. " Le professeur Philippe Boxho a précisé que les accusés ne présentaient pas de risque de contagion. Les débats ont donc pu reprendre. La cour d'assises a donc pris une semaine de retard. 

Une des jurés effectives, enceinte, a décidé, par sécurité, de ne pas poursuivre sa mission. Elle a été remplacée.