Certains citoyens de Grâce-Hollogne ayant beaucoup de difficultés à avaler le projet de complexe tennistique à la plaine Samson, pourtant pas récent, ils ont manifesté leur opposition, jeudi dernier, en interpellant le conseil communal et en déposant une pétition de plusieurs centaines de signatures. Des signatures qui émanaient pour bon nombre, nous glisse-t-on, de personnes extérieures au quartier, voire même à la commune…

"Ce n’est pas un dossier caché", répond d’emblée Maurice Mottard, bourgmestre de Grâce-Hollogne. "Il se discute au conseil communal depuis 2015 et a été voté à l’unanimité en 2018."

3 millions d’€

Un projet qui avait été initié en raison de la vétusté des installations du Royal Tennis Club de Grâce sur la place du Pérou. Des installations toujours plus vieillissantes à ce jour, et toujours moins adaptées à la pratique du sport… Un projet qui est d’autant plus sur la voie de la concrétisation qu’il a fait l’objet d’une promesse de subsides de 1,8 million d’€…

" Non seulement il n’y a pas d’autre zone qui pourrait accueillir le tennis mais, de plus, le nouveau décret wallon en matière d’infrastructures sportives est plus restrictif. Il apparaît donc impossible, d’autant plus vu la situation financière actuelle de la Wallonie, de lancer un autre projet et ce, au risque de perdre cet argent ", poursuit le bourgmestre.

Le projet, de plus de 3 millions d’€, porte sur l’aménagement de nouvelles installations à la plaine Samson. Les opposants dénoncent la disparition de cette zone verte et de l’agora space qui y est implanté.

" Des riverains à proximité n’en veulent plus justement car cette zone est sujette à des rassemblements et ils disent subir des nuisances ", relève Maurice Mottard. " Le projet tennis est toujours en attente du permis de la Région. Dès le moment où il sera dans sa phase de réalisation, la priorité sera de trouver un autre endroit où établir une zone de détente, sans doute avec une petite plaine de jeux ", a-t-il conclu.