L’incertitude planait grandement sur l’organisation du Marché de Noël de Liège, l’un des plus grands du pays mais aussi des plus attractifs, faut-il le rappeler… Après une année "sans", pour cause de crise sanitaire en effet, la hausse du nombre de contaminations au Covid et la hausse des hospitalisations a plongé le pays dans une nouvelle panique. Un peu trop tôt estimaient certains, les dernières mesures n’ayant pas encore pu faire leurs preuves. Ce vendredi matin toutefois, le gouvernement fédéral donnait un nouveau tour de vis. Et le secteur événementiel était dans le collimateur.

Finalement, c’est le monde de la nuit qui absorbe l’essentiel des mesures destinées à réduire la propagation du virus puisque celui-ci doit fermer ses portes. Quant à l’Horeca et les marchés de Noël, ils devront fermer dès 23 heures, tout comme les magasins de nuit.

Au cœur de la Cité ardente, c’est donc le soulagement, alors que les chalets étaient en cours de montage depuis plus de dix jours.

Au total, près de 250 chalets sont établis en différents endroits du centre-ville, de la place Cathédrale (avec patinoire) à l’espace Tivoli en passant par la dalle de la place Saint-Lambert. Des chalets initialement placés dans des zones "non fermées"… ce ne sera plus le cas.

En effet, l’organisation avait d’abord dû revoir son règlement, à la suite de l’imposition du Covid Safe Ticket décrétée il y a quelques jours. Désormais, l’heure de fermeture passera de minuit à 23 heures, en cohérence avec l’Horeca. Autre réglementation maintenue : le port du masque lorsqu’on déambule dans les allées, mais pas lorsqu’on consomme des boissons ou de la nourriture à l’un des chalets.

Ouverts à midi, les marchands présents sur place craignaient devoir fermer quelques minutes à peine après l’inauguration, ce ne sera donc finalement pas le cas. "C’était vraiment stressant parce qu’on était dans l’incertitude jusqu’à la dernière minute", expliquait ce midi ce vendeur de vin chaud, "mais maintenant on sait que notre travail et ce qu’on a investi ici ne serviront pas à rien, c’est vraiment un soulagement".

Deux entrées

Soulagé lui aussi, Pierre Luthers, président de l’ASBL Enjeu qui organise le marché, a rappelé les règles… et s’est surtout dit heureux pour les exposants : "Je me suis senti comme un joueur qui jouait sa vie à pile ou face. Il faut se rendre compte que pour les marchands, ce village représente énormément, après plus d’une année de souffrance et d’inactivité ; tout le monde avait envie d’ouvrir".

Pour y accéder, place Saint-Lambert et espace Tivoli, le CST ou le test réalisé en pharmacie seront toutefois nécessaires. On évoque deux portiques d’entrées, passages obligés…