Les abuseurs ont filmé l’agression et ont diffusé les images sur les réseaux sociaux.

Christian, dit Mowgli, et Jonathan encourent 7 ans de prison ferme pour avoir participé à un viol collectif d’une adolescente de 16 ans et qui était inconsciente lors des abus !

Trois heures. Trois longues heures, c’est la durée du viol subi par cette victime.

Dans la nuit du 29 au 30 mars dernier, cette adolescente s’est rendue avec d’autres chez un habitant d’Aywaille âgé de 13 ans.

Au moment des faits, comme l’a précisé le parquet, les parents du jeune homme se trouvaient à l’étage de l’habitation. À la fête, il y avait d’autres filles, mais aussi des garçons. Seuls Jonathan et Christian étaient majeurs. Ils avaient amené de l’alcool et des stupéfiants. Ils ont fait boire et fumer les filles et en particulier une. Les trois autres jeunes filles ont préféré quitter les lieux. La dernière était si ivre que sa tête ne tenait plus en place. Elle a été incitée à fumer du cannabis. Lorsqu’elle a demandé à boire de l’eau, les protagonistes lui ont servi de l’alcool et elle ne s’en est même pas aperçue. L’un des jeunes lui a tenu son verre pour la faire boire. Elle a ensuite été violée par sept garçons ! L’un d’eux lui tenait la tête pour ne pas qu’elle tombe en arrière. Ils se sont également filmés lors des faits ! On les voit hilares en train de violer la mineure d’âge. Le lendemain, elle ne se souvenait pas des faits. Mais elle a très vite constaté que tout son corps était tuméfié.

Quelques jours plus tard, l’horreur s’est poursuivie puisque les violeurs ont diffusé les images de la victime sur les réseaux sociaux. "Il s’est passé ce qui s’est passé", a indiqué Christian qui chantait il y a peu avec son groupe ZK Squad des chansons dans lesquelles il traitait les filles de manière peu respectueuse. "Je lui ai fait des attouchements. Je ne lui ai pas fait de pénétration digitale", a poursuivi celui qui a été filmé en train de commettre les faits. Quant au second prévenu, il a minimisé les faits, estimant que la mineure d’âge était également "responsable".

Devant le tribunal, il a adopté une position différente. "On était sous alcool et sous drogue", a estimé Christian. "On ne savait même pas ce que l’on était en train de faire." Le jugement sera prononcé en décembre prochain.