Julie (19), Audrey (18) et Margaux (15) évoluent toutes les trois sous les couleurs de l’Old Club de Liège en Dames 1

ROCOURT Elles sont trois, elles jouent au hockey en Dames 1 à l’Old Club et elles sont sœurs. Julie (19), Audrey (18) et Margaux (15) Paulus partagent et vivent la même passion.

“Cet engouement pour le hockey se transmet de génération en génération. Notre grand-père, notre papa manipulaient déjà le stick avant nous. Aujourd’hui, tous les enfants (6) l’ont adopté” , explique l’aînée.

Cette proximité forcée n’est-elle pas la source de tensions ou de frictions à la maison ? “Pas du tout” , répond Audrey. “Si une discorde survient lors d’une rencontre ou d’un entraînement, nous savons tourner la page. Nous ne sommes nullement rancunières. Pouvoir dire que les 3 Paulus jouent ensemble est une fierté pour nous” , enchaîne-t-elle. “D’un autre côté, notre paternel, qui se montre très exigeant avec nous et qui nous pousse dans nos limites, ne tarderait pas à nous recadrer si le besoin s’en faisait ressentir” , précise Julie. “Personnellement, je m’évertue à les motiver au quotidien et à positiver. Nous avons parfois 4 séances hebdomadaires et il ne nous est pas toujours facile de concilier les études et le sport. Il nous apporte de la rigueur dans notre organisation mais la fatigue mentale peut vite s’installer. Sportivement, je partage mon expérience tactique mais, techniquement, Margaux est la plus douée” , ajoute-t-elle.

Margaux fréquente la sélection nationale -16 et est un grand espoir pour le hockey belge. En pleine cohésion avec sa politique qui vise à intégrer un maximum de jeunes joueuses autour des plus chevronnées, l’Old Club n’a pas hésité à demander une dérogation pour la cadette de la famille. “Je suis prête à faire de nombreux sacrifices pour atteindre mon objectif, l’équipe nationale Dames” , expose-t-elle. “Je dois d’abord progresser au sein du club. J’ai une bonne vision du jeu mais il est également impératif pour moi de perfectionner mon explosivité, mon shoot en revers et de m’imposer davantage.”

Cependant, d’un avis collégial, la pratique du hockey reste un plaisir. “On y construit des relations humaines. Nous formons, avant tout, une grande famille” , conclut Audrey.



© La Dernière Heure 2012