Liège

Les organisateurs du festival Les Ardentes ont créé mercredi un évènement Facebook annonçant d'ores et déjà que le festival se tiendrait à Rocourt du 9 au 12 juillet 2020. 

L'information a été confirmée à Belga par le co-organisateur Fabrice Lamproye. Le festival liégeois doit quitter le site de Coronmeuse qui sera prochainement réhabilité. Après une dernière saison riche en rebondissements, les organisateurs des Ardentes, Gaëtan Servais et Fabrice Lamproye, avaient déjà confirmé avoir signé un accord avec le propriétaire privé d'un terrain à Rocourt et conclu un accord de principe avec la Ville de Liège.

Des doutes subsistaient toutefois quant à l'organisation effective du festival en terres liégeoises et certains médias parlaient d'un possible déménagement à Bruxelles. Des pétitions avaient alors vu le jour.

"Comme chaque année, nous devons introduire une demande aux autorités communales. Dans la mesure où nous avons un accord de principe, je ne vois pas pourquoi nous devrions attendre, d'autant plus qu'un évènement de cette ampleur s'organise un an à l'avance. Je suis d'ailleurs en train de préparer la programmation pour cette nouvelle édition", a indiqué le co-organisateur Fabrice Lamproye. "Sauf indication contraire, sauf un rebondissement de dernière minute, le festival est prévu à Rocourt sur un terrain d'une vingtaine d'hectares qui appartenait à la société wallonne du logement."

L'utilisation de terrains appartenant à la Ville de Liège et à l'ancienne société de charbonnage est envisagée dans un second temps pour permettre l'agrandissement du festival. On partirait alors sur une cinquantaine d'hectares.

"Vu l'ampleur de l'évènement, les organisateurs prévoient des avantages et facilités pour les riverains proches à l'image d'autres festivals tels que Tomorrowland et le Pukkelpop." On pense à des tarifs préférentiels, mais tout ceci est encore en réflexion. L'idée principale est que le terrain soit utilisé un mois par an pour le festival. Le reste de l'année, le terrain deviendrait un parc public. "Ce parc pourrait se construire et se subdiviser en plusieurs zones: sportives, de détente, avec un lac. Tout cela est encore à l'étude", a conclu Fabrice Lamproye.