Liège

Ce mardi constituait la quatrième journée de mobilisation du personnel des soins de santé.

Ce mardi 25 juin constituait la quatrième journée de mobilisation des "blouses blanches", lesquelles sont censées représenter la colère du personnel des soins de santé.

Ainsi donc, le comité provincial "hôpitaux" de la CNE a organisé, dès 8h du matin, une action symbolique sur le site des cuisines centrales du CHC à Alleur.

Et ce afin dénoncer les difficultés que rencontrent, chaque jour, l’ensemble des travailleurs de l’hôpital, dans la foulée ce qui s'est fait mardi dernier.

"Sous une forme de chaîne humaine"

"Notre but était de rassembler, en tenue de travail et sous une forme de chaîne humaine, l’ensemble des métiers représentés dans nos hôpitaux pour montrer que toutes les catégories de personnel souffrent de plus en plus dans les soins de santé", a indiqué Nicolas Cahay, secrétaire permanent CNE.

Cette action symbolique avait pour but de dénoncer différentes mesures prises récemment par les gestionnaires des institutions hospitalières.

A noter que dès septembre, la CNE proposera un plan d'action, si possible en front commun, pour améliorer les conditions de travail de l'ensemble des travailleurs.

Aussi dans le secteur public

Cette mobilisation des "blouses blanches" continue aussi de gagner du terrain dans le secteur public de la santé.

En effet, ce mardi 25 juin, rassemblement et distribution de badges et de tracts auront lieu à la clinique Joseph Wauters à Waremme (CHBA) et au CHR Verviers.

Déterminés à prendre soin d'eux-mêmes comme ils le font pour leurs patients, les travailleurs de ces hôpitaux se sont réunis devant l'entrée principale.

"Intenable et dangereux"

L’intensification des tâches et le turnover des patients sont jugés en inadéquation avec les normes d'encadrement en personnel. "C’est intenable et même dangereux !", s’est exprimée Lina Cloostermans, secrétaire permanente CSC Services publics soins de santé.

Des moyens pour prévenir plutôt que des subsides pour guérir, c’est ce que réclame la CSC Services publics. "Nous disons stop à la logique de compétitivité, rentabilité, flexibilité : les travailleurs ne sont pas des robots et les patients ne sont pas des numéros".

"Qualité du travail et qualité des soins sont liées : sans des moyens humains supplémentaires, c'est mission impossible", a insisté Lina Cloostermans, un autre moment symbolique étant constitué par la reprise de la parodie "Urgence aux urgences" d'Anthony Joubert.