En province de Liège comme c’est aussi le cas ailleurs, la stérilisation des chats, errants essentiellement, constitue un véritable problème de société. C’est ainsi d’ailleurs que les autorités communales s’y attellent afin de pallier un manque voire une défaillance.

Lors de son dernier conseil communal, la Ville de Waremme a décidé d’avancer en la matière. L’échevine en charge du Bien-être animal Aurélie Vankeerberghen (PS) a donc fait référence à l’appel à projets lancé récemment par la Région wallonne.

Deux cabinets

Cette dernière a également annoncé la conclusion d’une convention de partenariat avec deux cabinets vétérinaires, ceux-ci étant les seuls à avoir répondu à l’appel. "La convention a trait à la stérilisation des chats errants mais aussi à celle des chats domestiques", a souligné l’échevine.

Laquelle a aussi précisé que le choix serait laissé aux citoyens entre les prestataires, la Ville prenant quant à elle en charge le prix le plus bas. Si cette avancée a été saluée par les élus locaux, le conseiller Pour Waremme Gregory Leuridan a souhaité élargir le débat.

En effet, s’il s’est dit favorable, ce dernier a épinglé "plusieurs autres manquements". Et de faire notamment à la problématique tout aussi actuelle de l’interdiction des robots tondeuses au profit des hérissons. Une voie qui a été choisie par d’autres communes.

"On peut regretter que le règlement de police n’ait pas encore été adapté à cette fin", a estimé le conseiller waremmien. Ce à quoi le bourgmestre lui-même a répondu, Jacques Chabot (PS) assurant que "des modifications en ce sens seront bientôt présentées uniformément au niveau de la zone de police Hesbaye".