La bien nommée Heid des Gattes, à Aywaille, abrite depuis plus d’un siècle déjà, un trésor "naturel" tout à fait inédit… un troupeau de chèvres sauvages, dernier du genre en Europe. Une curiosité rare que de les voir parcourir les pentes abruptes de la réserve si près d’une agglomération.

Depuis longtemps toutefois, le troupeau se doit d’être régulé, tant ses "incursions" dans les pâturages et jardins privés perturbent et le met lui-même en danger. Jeudi dernier, une opération sans précédent a donc été réalisée par la commune d’Aywaille : la stérilisation de tous les mâles du troupeau… une solution "durable" pour ces animaux.

Comme l’indique Laurence Culot, échevine du Bien-être animal, "la régulation jusqu’à présent se faisait par un abattage". On comprend pour cette vétérinaire de profession que l’option n’était guère commode. Laurence Culot précise qu’Aywaille a donc imaginé une solution plus respectueuse, cette stérilisation.

L’opération a donc été menée en collaboration avec l’Université de Liège, l’ASBL Ardenne & Gaume et le docteur Rigaux, vétérinaire ayant obtenu ce marché public. "En une journée à peine, nous avons pu stériliser tous les individus", se réjouit l’échevine, "tout s’est parfaitement bien déroulé et on peut confirmer aujourd’hui que toutes les bêtes ont survécu". Certains mâles atteignent 120 kilos dans le troupeau ! Objectif à terme : descendre sous les 25 têtes alors que les chèvres sont aujourd’hui plus de 40. "Mais nous avons désormais trouvé une manière de réguler plus sainement le troupeau".

De nouveaux mâles

Si tous les mâles ont été stérilisés… l’action ne signifie-t-elle pas la fin imminente du cheptel ? En aucun cas rassure Laurence Culot. "Les femelles sont en effet gestantes, il y aura donc de nouveaux mâles et les femelles ne sont pas stérilisées quant à elles". Comme l’indique l’échevine par ailleurs, il n’est pas rare que de "nouvelles" chèvres, venues de troupeaux domestiques, rejoignent les gattes sauvages d’Aywaille… autant de chèvres de Monsieur Seguin en quête de liberté. Heureusement pour elles, le loup n’est pas (encore), arrivé à Aywaille.

Unique en Europe...

Insolite, curieux… romantique même, ce troupeau de chèvres sauvage à de quoi surprendre le touriste de passage. La Heid, qui tire aujourd’hui son nom des gattes, constitue en effet une réserve naturelle que d’aucuns apprécient à Aywaille et dans la région d’Ourthe-Amblève tant son allure majestueuse confère à l’entité un point de vue remarquable. Mais les chèvres qui arpentent celle-ci n’ont pas toujours été présentes ici… certes, des chèvres, il y en a toujours eu dans le coin mais l’histoire des gattes d’Aywaille est particulière.

Selon les rumeurs locales en effet, il y a déjà plus d’un siècle qu’un petit troupeau de chèvres s’est installé sur ces flancs abrupts, difficilement “exploitables” par l’homme. D’où venaient-elles ? La question n’a jamais vraiment trouvé de réponse mais tous ici supposent que celles-ci sont issues de fermes situées aux alentours… peut-être plusieurs chèvres ont elles migrés par elles-mêmes ici à la mort de leur propriétaire ? Peut-être est-ce simplement le hasard des rencontres entre plusieurs chèvres égarées ? Ce qui semble sûr, c’est que les chèvres “originelles” n’étaient pas sauvages. Leur héritage est donc ce troupeau qui n’a cessé de grandir en trouvant ici ses marques et cette liberté, chère à l’espèce à en croire Alphonse Daudet. Pour Laurence Culot, échevine du Bien-être animal, “il s’agit bien d’anciennes chèvres laitières qui se seraient échappées”.

Aywaille responsable

Une curiosité donc qui, en Wallonie, n’a pas de pareil. Sans pouvoir l’affirmer totalement qui plus est, ce troupeau de chèvres sauvages n’a pas d’égal en Europe… du moins dans cette configuration. Il est rare en effet de rencontrer un tel troupeau, dans un espace si concentré et, surtout, si urbanisé. C’est cette situation qui rend d’ailleurs la cohabitation parfois difficile. Et c’est pour cette raison que la Commune d’Aywaille, sur recommandation de l’Afsca, a “adopté” les chèvres. Depuis cette convention passée avec l’ASBL Ardenne&Gaume en 2019, Aywaille est gestionnaire de cette… harde.