Durant les vacances de Noël de 2020-2021, les restrictions imposées dans le cadre de la crise sanitaire ont clairement "plombé" le secteur du tourisme, même "local". C’est donc sans surprise que, cette année, malgré certaines mesures liées à la pandémie, la période des congés s’est conclue plus positivement, du moins pour les gîtes de tourisme et les lieux d’excursions qui enregistrent de meilleurs chiffres que l’an dernier. C’est ce qui ressort d’une enquête menée auprès de 168 établissements partenaires par l’Agence du tourisme des Cantons de l’Est… Du côté des hôtels, des chambres d’hôtes et auberges par contre, la baisse de fréquentation est plus nette.

"L’année 2021 en général a été une bonne année pour les maisons de vacances et cette tendance s’est encore affirmée pendant ces dernières vacances scolaires", constate-t-on au sein de l’Agence, "Plus de la moitié des établissements interrogés soulignent que leurs appartements et gîtes étaient complets pendant la période de Noël-Nouvel An. 9 sur 10 précisent que le taux d’occupation était au moins aussi bon, voire meilleur, que l’an dernier à la même période. La majorité des touristes étaient belges, mais en comparaison avec l’an dernier, il y a toutefois eu une augmentation du nombre de touristes étrangers".

Des lieux sûrs…

Des chiffres qui s’expliquent par l’assouplissement des mesures de circulation entre les pays mais aussi, certainement, par la volonté des touristes de trouver des lieux leur permettant de limiter leurs contacts.

"Les hôtels, chambres d’hôte et auberges enregistrent quant à eux une baisse de fréquentation en comparaison avec l’an dernier. Le variant Omicron en est la cause ; beaucoup de clients se sont montrés prudents, hésitant à réserver et souvent obligés d’annuler leur voyage à cause des restrictions ou lorsqu’ils étaient infectés", constate-t-on encore à l’Agence.

Globalement au niveau de l’origine des touristes et en comparaison avec 2020, ceux-ci étaient donc majoritairement belges même si on a constaté une augmentation des visiteurs venus des Pays-Bas et d’Allemagne. "Cette constatation est particulièrement frappante dans le nord des Cantons de l’Est".