Les vêtements d’Albert II, un tableau de Salazar ou la statue de la Reine Astrid, on trouve de tout !

PATRIMOINE Parmi les richesses architecturales et artistiques que compte l’hôtel de ville de Liège, on remarquera d’abord… l’hôtel de ville. Érigé sur les ruines d’un édifice remplissant les mêmes fonctions, le style néoclassique propre à cette période (XVIIIe siècle) y prédomine.

D’un coup d’œil, on peut se faire une idée de l’ambiance qui règne depuis trois siècles dans le bâtiment sang de bœuf, couleur posée il y a peu afin de mieux adhérer au siècle des Lumières qui a vu naître le bâtiment. Mieux vaut toutefois passer la porte pour découvrir la diversité du patrimoine qu’il recèle.

Au-dessus de la porte d’entrée, le touriste ne manquera pas cette pierre en marbre noir qui rappelle la cérémonie de la pose de la première pierre, ni d’ailleurs ce qui est souvent considéré comme LA pièce la plus marquante de l’hôtel de ville, L a Statue de la Reine Astrid . En effet, c’est en 1935 qu’on confère à la mère de notre Roi actuel “le geste le plus émouvant posés par la Reine lors de sa joyeuse entrée” , lorsqu’elle présenta du haut du perron de l’hôtel de ville le petit prince de Liège… Albert II. Les vêtements portés ce jour-là par les deux membres de la famille royale sont encore accrochés dans le hall d’entrée.

Mais nous ne manquerons bien sûr pas non plus de citer les huit colonnes doriques taillées d’une seule pièce, le tout en marbre noir de Theux ou, dans la salle des mariages, le buste de Zénobe Gramme, né à Jehay.

Au cœur de l’ancienne salle des mariages toujours, on retiendra cette peinture de Luis Salazar, offerte par l’artiste à la ville, qui commémorait la guerre d’Espagne en hommage aux nombreux Espagnols de la cité. D’un rouge vif en hommage à Guernica (Picasso). Et toujours dans les lieux ouverts au public, signalons ces tapisseries de la salle du conseil... entre autres.

Plus qu’un hôtel de ville, la Violette est un musée en soi. À visiter gratuitement…



© La Dernière Heure 2010