Le 3 décembre a été proclamé journée internationale des personnes en situation de handicap. A cette occasion, le Collectif 03/12 prévoit de mener une action intitulée "Peut-on scanner l’inclusion?". Il s'agit de sensibiliser les citoyens et les politiques à l’inclusion des personnes en situation de handicap et à l’impact de la fracture numérique sur celles-ci.

Cette journée internationale des personnes en situation de handicap vise, en effet, "à faire reconnaître les personnes en situation de handicap comme citoyennes à part entière. Les diverses manifestations organisées à cette occasion invitent tout un chacun à changer son regard, à voir la personne au-delà de sa différence".

Ainsi, le 3 décembre prochain, le Collectif 03/12 souhaite marquer le coup en Cité ardente. Ce collectif liégeois, né en 2012, se compose de 13 associations liégeoises actives dans le secteur du handicap. Cette année, le collectif s’associe à l’ASAH (Association des services d’accompagnement et d’actions en milieu ouvert) pour conscientiser les citoyens et tirer la sonnette d’alarme auprès des politiques sur la question de la fracture numérique.

"Vous avez réussi à accéder à notre contenu via le QR code ? Vous avez de la chance... Qu’en est-il des personnes qui n’ont pas accès au numérique, qui sont aveugles, qui ne savent pas lire, qui ne disposent pas de la technologie ou qui éprouvent des difficultés à l’utiliser en raison d’un handicap, d’une maladie, d’une déficience intellectuelle ? Dans une société de plus en plus numérisée, ces personnes se retrouvent dans une position d’inégalité par rapport aux autres dans l’accès à l’information mais aussi à un ensemble de services indispensables", relève le collectif.

Concrètement, dans la matinée, les membres du collectif arpenteront les rues du centre-ville pour se rendre dans les différents services publics et privés identifiés comme problématiques au niveau de l’accessibilité pour les personnes en situation de handicap. Lors de ces visites, ils remettront des badges et flyers et exposeront les problèmes rencontrés par les citoyens en raison de la fracture numérique.

Ensuite, à 17 h, le collectif se joindra à une action organisée par l'échevinat des solidarités, de la cohésion sociale et des droits des personnes à l’Auberge Simenon. Ce sera l’occasion de prendre la parole pour attirer l’attention et proposer des recommandations aux autorités liégeoises.