La cour d’appel de Liège a entamé l’examen du dossier à charge des syndicalistes qui doivent répondre des faits qui sont déroulés le 19 octobre 2015 sur l’autoroute E 40 à Herstal. Pour rappel, ce jour-là, la FGTB a mené une importante action de grève en province de Liège contre le gouvernement Michel qui était alors en place. Les syndicalistes ont bloqués les accès aux principaux zonings industriels et les autoroutes. Ils ont empêché la circulation sur l’autoroute A602 et la E40 à hauteur du pont de Herstal et ont provoqué des centaines de kilomètres de files sur la province. Lors de la manifestation, les grévistes ont commis énormément de dégradations, aux installations en mettant le feu à des pneus, mais aussi à des palettes de bois sur les routes. 

Les dégâts occasionnés sont évalués à environ 100.000 euros. La Sofico et la Région wallonne se sont constituées parties civiles pour les dégradations commises sur l’autoroute et l’entrave méchante à la circulation. Des syndicalistes, mais aussi des responsables syndicaux de la FGTB, censés encadrer la manifestation sont poursuivis dont Antoine Fanara, le secrétaire régional de la FGTB-Métal, mais aussi Thierry Bodson, le secrétaire général de la FGTB. 

Ce mardi matin, des centaines de syndicalistes étaient présents pour soutenir les prévenus qui comparaissaient devant la cour d’appel de Liège. Après des discours, ils ont coupé la circulation de la place Saint-Lambert pour réaliser une haie d’honneur pour accompagner les prévenus alors qu’ils rentraient dans le palais de justice. Les débats sont prévus pour se tenir pendant toute la journée.

© RASUJEW