Une scène de guérilla urbaine s'est produite ce samedi après-midi dans le centre-ville de Liège. Et ce alors que l'action "Still standing for Culture" s'y tenait de manière pacifique. En outre, les forains et autres acteurs de l'événementiel étaient également présents avec leurs chars. C'est lors du passage de ces derniers et alors que plusieurs centaines de personnes étaient présentes au niveau de la place de la République française que des incidents ont eu lieu.

Un motard de la police présent sur place a notamment été la cible de groupes de jeunes. Lesquels étaient venus manifester place Saint-Lambert dans le cadre du mouvement "Black Lives Matter" et suite à l'arrestation récente et pour le moins musclée d'une dame d'origine congolaise pour rébellion.

Ces derniers, ayant visiblement prémédité leurs actions de violence, ont ensuite saccagé le Mc Donald's tout proche et s'en sont aussi pris à une voiture et à des abribus. Rapidement, une vingtaine de combis de police sont arrivés sur les lieux ainsi qu'une ambulance et une arroseuse.

Clairement, aux dires de la police locale, ces groupes d'individus cherchaient l'affrontement avec les forces de l'ordre qui ont été quelque peu débordées. Repoussés dans un premier temps vers le secteur de l'Université, ils ont pillé des magasins et caillassé le commissariat de police Liège-Centre.

Un peu plus tard, les galeries Saint-Lambert ont également été prises pour cible. Un autre policier a été blessé sur place ainsi que neuf autres dans la foulée.

Aux dires de la police et de la Ville, ce sont au total entre 200 et 300 casseurs, divisés en plusieurs groupes, qui se sont dispersés dans le centre-ville.

De quoi semer une certaine panique puisqu'ils se déplaçaient rapidement avec l'intention de dégrader. A noter que l'hôtel de Ville a aussi été visé.

Il a été demandé aux citoyens de ne pas se rendre dans le centre-ville jusqu'à ce que le calme soit revenu et aux commerçants de fermer leurs magasins.

En fin d'après-midi, des renforts de la police fédérale sont également venus prêter main forte, de quoi faire passer le dispositif déjà présent à environ 250 agents.

Les forces de l'ordre ont notamment fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les fauteurs de troubles qui ont lancé pavés, panneaux et autres en leur direction.

En début de soirée et aux dires du bourgmestre de Liège, la situation se normalisait même si une certaine agitation régnait encore au niveau de la place Saint-Lambert.

Ce dernier a fait état en outre d'un bilan de neuf personnes hospitalisées, dont 5 policiers, et de dégâts relativement importants aux commerces. " La Ville est à leurs côtés", a affirmé Willy Demeyer.

Lequel est revenu sur ce qui a semble-t-il mis le feu aux poudres, un dossier judiciaire ayant été ouvert, évoquant un dialogue existant avec la communauté concernée.

Quant à la violence et à la rage qui ont été déployés par les jeunes casseurs, " j'ai tendance à penser qu'ils ont utilisé un prétexte", a-t-il confié à nos confrères de la RTBF.