La polémique est en cours depuis plusieurs semaines (mois ?) à Liège : les lignes de bus du centre-ville sont saturées. Si la situation n’est pas nouvelle, raison d’ailleurs pour laquelle la Cité ardente se dote d’un tram, la crise sanitaire crispe logiquement la population qui rechigne à emprunter des transports en commun surchargés.

Cerise sur le gâteau : le Gouvernement wallon a annoncé renforcer plusieurs lignes de bus vu la situation exceptionnelle liée à l’épidémie de Covid-19, mais les lignes urbaines, problématiques à Liège, n’étaient pas concernées.

Aujourd’hui, une enveloppe de 10 millions d’euros est toutefois annoncée par le Gouvernement, par la voix du ministre de la Mobilité Philippe Henry. "Un renforcement évalué jour après jour pour adapter les réponses aux besoins sur le terrain", insiste le ministre. Ce renforcement visant à assurer un service public "dans les meilleures conditions de sécurité et d’hygiène possibles", concerne les lignes qui relient le centre-ville aux hôpitaux du CHC et de la Citadelle.

Le ministre Philippe Henry le rappelle en effet, "renforcer l’offre dans l’hypercentre aux heures de pointe comme cela a été évoqué lors du Conseil Communal n’est hélas pas envisageable. En effet, en heure de pointe les lignes 4 roulent à une fréquence si soutenue que les bus se suivent déjà de très près. La saturation de ce réseau est connue et est l’une des raisons pour lesquelles le Gouvernement wallon réalise l’ambitieux projet du tram de Liège".

Pour rappel en effet, l’agglomération liégeoise concentre à elle seule un tiers de l’ensemble des usagers du Tec en Wallonie et les lignes qui permettent de rejoindre les hôpitaux, qui ne sont pas situés dans le centre-ville, sont concernées par cette saturation. Ce renforcement annoncé vise donc à augmenter l’offre des lignes 71 et 88 aux heures de pointe.

"Les premiers renforts de bus seront disponibles à partir de ce lundi 30 novembre", a encore précisé le ministre. "Comme prévu initialement, cette mesure continuera d’être évaluée afin de l’adapter au mieux aux besoins identifiés sur le terrain. Précisément, dans le cas de la Métropole liégeoise, les premières observations de terrain ont souligné un besoin de renforcement des lignes connectant le centre aux hôpitaux".