Les courbes ne baissent pas : depuis quelques jours, le CHR de la Citadelle accueille quotidiennement, en moyenne, une trentaine de patients atteints du Covid-19, ce qui met une pression immense sur le personnel.

A défaut de pouvoir agir sur le nombre d’entrées, le CHR de la Citadelle a donc décidé d’augmenter le nombre de sorties, dans le respect absolu des patients et des règles sanitaires. "Lorsque des patients atteints du Covid ne présentent plus aucun danger pour eux-mêmes, ni pour le personnel encadrant moyennant des règles sanitaires strictes, ils ne sont plus obligés d’être hébergés au sein de l’hôpital", explique le Docteur Martial Moonen (Photo), infectiologue et coordinateur des salles Covid au CHR de la Citadelle. "Ce choix a au moins un triple avantage : d’autres patients peuvent être accueillis dans des conditions optimales dans nos salles Covid, les patients transférés ailleurs terminent leur convalescence dans un lieu moins anxiogène et le personnel peut compter sur l’aide et la solidarité de travailleurs compétents qui ne dépendent pas de l’hôpital ".

Une infrastructure adaptée aux soins, respectueuse de la personne, encadrée par du personnel qualifié et répondant à toutes les normes en matière de sécurité : les Maisons de repos ont très vite été référencées comme des interlocuteurs de choix. "Humainement, il fallait aussi une continuité des soins, c’est-à-dire une transition douce vers un retour à la vie normale", commente Raphaël Driessen, responsable du service social du CHR de la Citadelle. "Et l’initiative a très vite trouvé des partenaires potentiels, à commencer par Senior Living Group qui possède plusieurs sites, notamment en région liégeoise, à Juprelle ou encore Vottem. C’est ainsi que nous avons déjà pu transférer une dizaine de patients depuis le début de semaine".

Médicalement, le suivi est donc assuré par le personnel de la Maison de repos, sous la vigilance et la supervision de soignants du CHR de la Citadelle. Cette collaboration innovante est donc un triple win-win : l’hôpital désengorge ses salles Covid, le patient termine sa convalescence en toute sécurité et la Maison de repos met à disposition ses lits vides.

Financièrement, si la question n’est pas encore totalement tranchée, "le surcoût ne sera en aucun cas pris en charge par le patient", rassure Sylvianne Portugaels, directeur général du CHR de la Citadelle : "Les Maisons de repos participent à l’effort en signe de solidarité, et nous les remercions une fois encore. Pour le reste, les autorités ont été contactées, mais si aucune solution rapide ne se dégage, l’hôpital financera le projet sur fonds propres".