Le parquet a requis devant le tribunal correctionnel de Liège 15 mois de prison avec sursis probatoire à l’encontre d’une mère de famille âgée de quarantaine d’années qui doit répondre de ne pas avoir assez nourris ses enfants, mais aussi d'avoir commis des coups sur ses quatre enfants dont un bébé âgé de quelques mois au moment des faits ! Depuis plusieurs années, la mère ne voit plus ses enfants. “Je ne demande même pas à les voir”, a indiqué la prévenue. “Je n’allais pas voir après eux. Je ne ferais aucune démarche pour aller les voir”, a poursuivi la quadragénaire devant le tribunal. C’est la fille ainée de la dame, une jeune fille alors âgée de 15 ans qui a mis fin au supplice de ses frères et soeurs. 

En effet, les quatre enfants de la dame étaient victimes de malnutrition, de manque d’entretien et de faits de violence de la part de leur mère. C’est l’adolescente qui s’occupait des autres petits jusqu’à son placement en internat. C’est alors sa petite soeur qui a commencé à s’occuper des autres enfants. En octobre 2018, alors qu’elle était entendue par les policiers dans un autre dossier, l’adolescente a dénoncé les faits de maltraitances dont elle avait été victime tout comme les autres enfants de la dame. Lorsque les autorités sont intervenues en 2019, elles ont découvert que le bébé âgé de 5 mois avait été si peu nourri qu’il ne pesait que 5 kilos. Le bébé a dû être hospitalisé tant sa santé était fragile. 

Les enfants ont expliqué avoir été soumis à des traitements dégradants et subissaient des punitions comme être attachés sur une chaise. Ils n’étaient pas correctement nourris et ne recevaient aucun soin appropriés. La plus âgée des enfants a subi des points de suture après avoir reçu des coups. La mère de famille aurait également volontairement cogné la tête d’un des enfants sur une vitre au point de briser le verre. 

Entendue par les policiers, la suspecte a nié les faits. Elle a prétendu que c’était l’adolescente qui avait maltraité ses enfants. Lors de son passage devant le tribunal, elle a une nouvelle fois nié les faits. “Je ne sais pas ce qu'on lui a bourré dans le crâne pour qu’elle ne veuille plus me voir”, a poursuivi la dame en parlant de sa fille. “On dit que ma fille avait peur de moi, d’être seule avec moi. Mais ce n’est pas vrai. Non je ne bats pas mes enfants. Ils ont monté tout un cinéma. Ils se sont arrangés avec la femme de mon frère pour me prendre ma fille il y a 17 ans. Elle en a profité parce que j'étais seule avec 4 enfants.” L’avocate a plaidé l’acquittement de la prévenue ou le sursis. La décision sera rendue fin du mois.