La Commune est un mouvement citoyen et populaire qui prend forme à Paris entre le 18 mars et le 28 mai 1871.

Pendant 72 jours, la Commune, élue au suffrage universel, va concevoir une nouvelle forme d’état basée sur l’intervention du peuple au quotidien.

Cette expérience de démocratie participative prendra fin de manière extrêmement violente.

À Liège, cette période insurrectionnelle ne semble pas avoir eu d’influence immédiate.

Mais la Commune de Paris a marqué les esprits et sa commémoration en 1886 est le déclencheur de grandes émeutes à Liège et dans le Hainaut.

Lesquelles contribuèrent à l’obtention d’une première forme de réglementation sociale.

Trois parties dans l'exposition

Dans le cadre du 150e anniversaire de la Commune de Paris, une exposition au Grand Curtius ambitionne de mettre en lumière cette période historique.

Les idées émancipatrices de la Commune seront abordées à travers trois approches singulières, à voir du 30 avril au 25 juillet prochain.

A savoir en l'espèce les femmes, la Commune en images et les événements de 1886 à Liège.

Le rôle, souvent déprécié, des femmes est abordé à travers une série de portraits de l’artiste contemporain Eddie Panier (1959).

Ces dessins sont des interprétations de photographies d’Ernest Eugène Appert (1831-1890).

La série de dessins, intitulée Les Amarelles, est un hommage et une mise en lumière du rôle des femmes en 1871.

La somme d’images qui documente la Commune de Paris est conséquente.

Elle est l’un des premiers grands faits de l’histoire de France à avoir été abondamment photographiée.

Cette section de l’exposition est illustrée, notamment, à travers des photographies et des documents issus de la riche collection de Jessy et Ronny Van de Velde.

Le mythe de la Commune est devenu une source d’inspiration, constituant la troisième partie de l’exposition qui se concentre sur les événements survenus à Liège en 1886.