Quentin, 18 ans, encourt une peine de cinq ans de prison avec sursis probatoire après avoir poignardé à plusieurs reprises un autre jeune homme. Le 24 septembre dernier, Quentin se trouvait devant le Quick de la place Saint-Lambert lorsqu’il a croisé un homme qu’il connait. En effet, quelques semaines auparavant, l’autre protagoniste aurait vendu de la farine à une connaissance de Quentin en faisant croire qu’il s’agissait de cocaïne… Une première altercation avait opposé les deux hommes. Mais visiblement, les choses n'étaient pas aplanies. " Quand je me suis retourné, il était devant moi", a déclaré le prévenu qui a comparu détenu devant le tribunal correctionnel de Liège. "Il avait mis une boîte à une amie à moi. Il lui devait 50 euros.

Il n’en n’a pas fallu plus pour mettre le feu aux poudres. "Je me suis senti menacé. Je ne sais pas qui a mis le premier coup. Un copain a essayé de nous séparer sept ou huit fois, puis j’ai pris le couteau. On voulait tous les deux se battre. On était consentants. C’était sous le coup de l’adrénaline. Ce n’est pas une bonne explication, mais c’est ce qu’il s’est passé." La victime a été grièvement blessée. "J’ai pris le couteau et je l’ai planté, c’est quand j’ai retiré ma main que je me suis rendu compte. J’étais énervé et lui aussi. Tant qu’il était là, je n’allais pas redescendre." Quentin a ensuite pris la fuite avant d’être arrêté. 

La victime a été touchée par deux coups de couteau au niveau du dos et a subi un pneumothorax. Elle a passé plusieurs jours aux soins intensifs. Elle a heureusement été sauvée. 

Le prévenu a un parcours de vie particulièrement difficile. Ainsi, dès 10 ans, il a déjà commencé à consommer de l’ecstasy. Il a été placé en foyer tant sa situation familiale était chaotique. Il a ensuite commencé à consommer de l’héroïne en intraveineuse. "J’ai arrêté sans suivi", a précisé Quentin. "Quand on veut, on peut." Me Antoine Moreau, l’avocat du prévenu, a plaidé la requalification en coups et blessures volontaires et une peine de probation autonome.